Errance

Réservé aux puristes...
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 15 août 2021 15:20

Au bout de quelques heures, la troupe s’arrêta et les Bardes entendirent de l’agitation à l’avant.
Slaine observa la situation et fit un compte-rendu à ses compagnons :
« Je vois une muraille, des défenseurs, et ceux à l’avant leur tirent dessus, tout en s’attaquant à une faille dans le mur. »

Et au moment de l’effondrement de la muraille, comme un seul homme, les aventuriers vociférèrent et s’engouffrèrent dans l’ouverture, armes prêtes à fracasser et tailler dans le gras. Ils furent accueillis par des Ouga Wagadoudous, des Sirènes Sayans électriques, des Tritons, des Corayas et des Crabes Blindés. La bataille fut terrible, mais les habitants de l’île furent une nouvelle fois repoussés.
Les blessés furent soignés, et les tués purent revenir grâce à un point de passage crée entre la Halle et l’île. Ghanst, Vard et Artano avaient péri durant la bataille. Au grand étonnement de leurs amis, ils restèrent au Marché, n’étant pas assez efficaces selon leurs dires.
La troupe se remit en route. De façon imperceptible, l’atmosphère et l’environnement changèrent. Les aventuriers furent parcourus de frissons et jetèrent des regards inquiets autour d’eaux.
Ils traversèrent un pont et affrontèrent une nouvelle vague d’ennemis, dont des Mouettes Vampires, qui harcelaient les aventuriers par les airs. Ce fut difficile, mais les ennemis furent repoussés.

On installa le camp, aussi bien à cause de la fatigue que de la présence d’un mur de roches qui bloquait le passage, et des feux furent allumés autour desquels les différentes coteries s’installèrent. Différents fumets s’élevèrent d’un peu partout, les bouches salivèrent et les estomacs gargouillèrent.
Les trois Bardes et leurs compagnons étaient fourbus, la dernière bataille ayant été compliquée. Ils entendirent beaucoup de chahut provenant d’un des feux de camp.
A la surprise du groupe, Carole se leva et se dirigea vers les éclats de voix.
« Je croyais que ta bavette n’aimait pas les fleuristes, Sun, pourtant elle se rend chez eux, commença Puck. Elle veut provoquer un drame ? »
Etonné, Sunfire la regarda s’éloigner de plus en plus.
« Je n’en sais rien. C’est vrai que c’est bizarre.
-Bande d’idiots ! les coupa Carolyn. Elle va voir Einläe.
-La vraie cheffe du Lotus ? demanda Slaine.
-Carole et elle ont vécu une expérience similaire d’enlèvement, continua-elle. L’Antichambre, Lillith, ça vous revient ? Elle veut voir comment elle s’en sort. »

Bricogne, Caro-lina, Slaine, Puck, P’tit Bri, Sunfire et Carolyn discutèrent encore un peu puis allèrent se coucher. Le lendemain, ils laissèrent les autres bosser pour faire tomber le mur. Quand le chemin fut dégagé, les aventuriers des souterrains reprirent la route.
Ils arrivèrent à un chemin se séparant en deux. Celui du nord semblait moins compliqué que celui de l’ouest. Comme Sunfire, Puck et Slaine avaient remarqué l’existence d’une rivalité pour s’emparer d’un éventuel trésor entre certains groupes, ils suivirent Sly dans le chemin nord, suivi par leurs compagnons. Ils se doutaient bien que c’était clairement pour arriver à destination en premier.
En haut de la falaise, Bricogne montra quelque chose au loin. Puck et Sunfire ne voyaient rien, mais Slaine vit ce que leur ami indiquait : un navire pirate, probablement le fameux Perle Noir de John Sparrow.

Le groupe nord et le groupe ouest se rejoignirent le lendemain. Il n’y avait aucun intérêt à aller vite, car le chemin était à nouveau bloquer par un mur. Les trois Bardes étaient surpris d’apprendre qu’une Taupe avait rejoint les aventuriers il y a quelques jours et celle-ci creusa un trou dans le nouveau mur. Les aventuriers se rendirent de l’autre côté du trou et une bataille eut lieu contre les Crabes Blindés, Syrènes Sayans, Corayas, Ougas Wagadoudous, une plante carnivore et un sorcier vaudoo.
Comme tout le monde, Sunfire, Slaine et Puck, armes et magie aux poings, foncèrent sur les troupes ennemies, et bientôt le sable fut recouvert de corps et de sang. Malheureusement, une mauvaise surprise attendait les aventuriers. La mer commença à submerger la plage. Voyant cela, les Bardes coururent à la suite des combattants de Delain, et bientôt tout le monde se retrouva en sécurité sur une nouvelle île.
Les troupes delaniennes n’eurent même pas le temps de souffler qu’elles furent assaillies par les ennemis habituels.
La bataille ne posa pas de problème particulier. Une fois celle-ci terminée, les aventuriers se soignèrent et installèrent un camp. Puck, Slaine et Sunfire ingurgitèrent leur repas machinalement et s’allongèrent sur leur barda. Comme beaucoup, ils ne résistèrent pas longtemps à la fatigue.

Le lendemain, John Sparrow les dirigeait vers un immense temple. Voyant enfin la destination, les aventuriers accélérèrent le pas tout en défouraillant les ennemis se mettant sur leur chemin. Et finalement, enfin, après avoir traversé entre cinq et dix îles (Les Bardes avaient perdu le compte), les voilà arrivés au bout. Le temple se dressait devant eux et le Perle Noir, vu quelques jours avant, mouillait à côté.
John Sparrow, qui regardait avec sa longue vue, leur apprit que son second Monsieur Mouchou et son équipage s’étaient retournés contre lui et déchargeaient le trésor pour le monter au sommet du temple.
Les Délaniens se séparèrent en deux groupes. Sunfire, Slaine, Puck, Bricogne, Carole, Carolyn, P’tit Bri et Caro-lina se mélangèrent à ceux courant vers le bateau avec son capitaine John. Des tentacules de Chtulhu, des mouettes vampires, des Corayas, des Vampires Sengirs et des Barons Sengirs les attendaient de pied ferme. Une Syrène Béhémoth s’invita à la fête et ses ongles durs comme l’acier lacérèrent les armures et les chaires des malheureux s’approchant trop près.
Les Bardes, comme tous ceux montés sur le bateau, regardèrent avec horreur la gigantesque créature qui venait d’apparaître, probablement en émergeant de la mer. Véritable créature de cauchemar, entité cosmique légendaire, Grand Ancien, Hastur venait menacer la santé mentale des personnes présentes.
Mais ce qui était déjà assez cauchemardesque comme ça empira. On pouvait se demander comment, mais oui c’était possible. Un deuxième Grand Ancien arriva : Dagon.
Foutue Providence.

En temps normal, aussi normale qui puisse être l’apparition de deux divinités de ce calibre, les gens ordinaires deviendraient fous et une bonne partie se suiciderait en masse.
Mais les Délaniens présents en avaient bavé depuis toutes ces années, à combattre les suppôts de Malkiar, à ne presque jamais voir le ciel, à lutter sans relâche, à ne pas abandonner. Alors certes, ils avaient le trouillomètre à zéro, mais ils serrèrent les dents et les fesses. Le poids de leurs armes dans les mains les rassura. Et dans un cri de rage, pour se donner courage, les valeureux aventuriers se lancèrent à l’assaut de ces créatures mythiques. Finalement, la folie les avait peut-être quand même atteints.
Dernière modification par Sunfire le 20 août 2021 23:25, modifié 3 fois.
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Dieu du forum
Messages : 2209
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Errance

Message par Phenix » 19 août 2021 21:41

[11856 vues, ça doit être le sujet le plus lu de tout le forum !]
Avatar de l’utilisateur
pnarcade
Ami des souterrains de Delain
Messages : 2897
Inscription : 25 avr. 2012 14:28
Localisation : Dresden

Re: Errance

Message par pnarcade » 20 août 2021 11:04

Juste après le sujet sur la réforme PvP je dirais :lol: :lol:
Thenshirock vous couche tous avec sa grosse arbalète.

-Qu'est ce que je vous sers?
-Causette!
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 20 août 2021 23:21

HRP: correction au-dessus: le 1er Chtulhu à apparaître n'était pas Chtulhu, mais Hastur.

Le combat faisait rage, les aventuriers présents sur le bateau essayaient de survivre face à la puissance de Dagon et de Hastur, les deux Grands Anciens qui avaient abattu plusieurs combattants et familiers.
En regardant la dévastation et les morts alentour, Sunfire songea que ceux qui combattaient Mouchou et sa clique avaient choisi la facilité. Ils devaient probablement s’en sortir plus facilement. D’ailleurs certains arrivaient déjà. Ca a été plié en deux temps trois mouvements.
Puck s’étonna que le bateau ne fut pas mis en pièces plus que ça par les deux créatures. Si elles détruisaient le navire, la moitié des aventuriers périraient noyés. Pas si puissantes que ça, finalement, ces bestioles.

Là où se dressait un tentacule, l’air sembla vibrer, puis se déformer. Tout devint flou à cet endroit.
Puis l’espace reprit sa forme normale, mais ce n’était plus un tentacule qui se tenait devant les aventuriers. Il s’agissait d’une jeune fille. Elle devait avoir une dizaine d’années tout au plus, et paraissait très apeurée.
L’air perdu et incertaine, elle se tourna vers une aventurière en particulier, et l’appela, hésitante:
« Mère...?
-Rhoo ... bé y en a une qui a eu de drôles de fréquentations dans sa jeunesse..., s’étonna Guylhem de Puylaurens.
-Difficile de concurrencer quelqu’un qui en a 8. », rigola Ganael.

Sunfire regarda bouche bée la gamine, mi-elfe mi-succube, qui venait d’apparaître. On pouvait difficilement être plus sur le cul qu’il ne l’était maintenant.
« Impossible ! »

Einläe mit directement un frein aux ardeurs belliqueuses des combattants :
« Oui mais si vous commencez à lui faire des misères à cette jeune fille, j’en connais une qui va être particulièrement agacée. Et je serais vous, je ne m’amuserais pas à mettre une maman en colère...
On a de quoi s’occuper là, vous pouvez pas la laisser tranquille? On dirait vraiment une bande de morfales qui n’a pas vu un steack depuis des mois (en tenant pour acquis que vous n’êtes pas végétariens). »

Carole en avait tellement rêvé, de cette enfant.
Un sacrifice qu’elle fit en épousant en son temps, Claymore, un nain. Qui lui apprit bien trop tard qu’engendrer leur était impossible. Une frustration s’installa de n’avoir pas eu la possibilité de choisir en son temps entre la possibilité d’être mère ou d’épouser cet homme.
Et puis Lillith lui fit ce cadeau, cette enfant, mi-elfe/mi-succube. Un peu de chacune en cette petite fille qu’elle ne connut que trop peu avant qu’elle ne fut kidnappée par Bélial, l’ennemi juré de Lillith. Depuis ce jour, Lillith cherchait en tous lieux après Léanna laissant Carole impuissante.

« Si, Sunfire, c’est possible, dit-elle. Cela expliquerait pourquoi Lillith ne la retrouvait pas. Cela explique aussi pourquoi la Syrène In Love a reconnu mon odeur, elle l’avait déjà sentie sur Léanna.
Oh ma fille, ces aventuriers vont tout faire pour te sortir de là. Il nous faut juste… tuer ton tortionnaire. Nous sommes plus nombreux que l’autre fois et surtout, la plupart de ceux-ci ont plus d’expérience que les valeureux que tu as déjà rencontrés. Ils vont nous aider. Enfin, je l’espère. »

Se retournant vers les délaniens :

« C’est ma fille !, cria-t-elle. Ne lui faites plus de mal ! Restez bien concentrés sur le plus gros monstre qui est peut-être Bélial. Ou un de ses sbires. Kaïo s’il te pait, retiens tes hommes. Vraiment cette fois. Aide-moi à protéger Léanna. Einläe…
Vous aussi les Chevaliers de Sang, ressoudez-vous pour aider ma fille. Vous êtes capable d’en venir à bout de ce démon qui la retient.
Lhaurana, au nom de notre amitié lointaine.
Enfin je te retrouve, ma princesse et cette fois je ne te laisserai pas disparaitre. »

Voyant la petite fille blessée, Sereniel leva une main pour chercher à la soigner. Contrariée, elle annonça :
« Cet endroit maudit bloque les flux magiques, je ne peux pas l’aider pour le moment. Dame Carole, contre qui et comment pouvons-nous la protéger ? »

Immédiatement, l’épée levée, le Chevalier de Malte vint se placer devant la fillette, prêt à attaquer quiconque menacerait l’enfant et à lui faire un bouclier de son corps, si nécessaire.

Aux mots de Carole, le Commandeur Kaio acquiesça.
Il leva son épée et hurla à ses troupes :
« Mes amis, laissons en vie l’enfant, occupons-nous du monstre marin ! »
Puis il se jeta sur la bête immense.

« Euh.... ,morigéna intérieurement Stragen, ils se rendent compte que c’est une succube...? »
Il décida de se tenir aussi loin que possible de l’être capable d’aspirer une âme en une fraction de seconde et continua :
« Mon âme ... au fond... est déjà prise ... »

Léanna tendit les mains vers Carole :
« Mère... Oh mère!!! Quelle joie !!!Nous t’avons tant cherchée!! Regarde! Mon autre mère est là aussi ! »
De nouveau l’air se déforma et devint flou, et une autre forme apparut à cet instant. La forme d’une succube d’une beauté rare. Lillith venait d’apparaître.
« Mère ! Nous sommes enfin réunies. Toutes les 3. Mais... Que fais-tu ici? Pourquoi attaquer notre ami Hastur ici présent? C’est grâce à lui que nous avons pu nous retrouver. Je t’en supplie, mère, demande à tes amis de cesser ce combat insensé! Tu ne dois pas lui faire du mal ! Il est notre ami ! »

Léanna se fit plus implorante :
« Mère! Rejoins-moi! Rejoins-nous! Nous serons enfin une famille. Viens... Viens... »


Texte par Léanna, Carole, Sunfire, Einlae, Kaio, Sereniel, le Chevalier de Malte, Ganael, Stragen et Guylhem de Puylaurens
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Dieu du forum
Messages : 2209
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Errance

Message par Phenix » 22 août 2021 09:45

[En tout cas je suis content que des gens se souviennent encore de l'animation du Léno d'il y a 2 ans et aient matière à raconter des histoires, perso je m'étais éclaté à mettre en place et gérer l'anim avec Essaion]
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 25 août 2021 21:33

La scène était surréaliste : une bataille avec deux Grands Anciens amochés encadrant un navire et dont les nombreux tentacules perforaient le pont, la proue et la poupe de toutes parts et surplombant une succube d’une beauté à couper le souffle ainsi qu’une fille semi-elfe/succube, face à des aventuriers à bout de souffle, blessés. Autour d’eux, des corps d’amis abattus en train de se dissiper pour retourner au dispensaire, des Sengirs et autres créatures vampiriques en train de partir en poussière et la Syrène Béhémoth qui avait rendu son dernier souffle face à un groupe de combattants aguerris.

Kaïo entendit les paroles de la succube et se tourna vers Carole :
« Ma chère, tu conviendras que ça ne sent pas bon...
- Tu parles de quoi? De tes chaussettes?... » répliqua Einläe, vaine tentative d’humour pour alléger l’atmosphère face à cette situation de fin du monde.

Boursicotteur resta médusé (le mot est juste) devant le spectacle qui s’offrait à lui. Etait-ce possible? Après tout ce temps et dans un tel contexte voir Léanna et Lillith réapparaitre ainsi?
Le trouble s’empara de lui et de sombres souvenirs lui revinrent. Se remémorant les faits, il se rappela tout le sang versé, tous ces mensonges et ces jeux de dupes. Bélial avait bien œuvré et avait su faire régner la confusion dans le cœur de bon nombre de ses compagnons. A tel point qu’il était devenu très difficile de distinguer la vérité des tromperies. Et pour rien arrangé, il s’avérait que Lillith avait, elle aussi, beaucoup de secrets et une grande part de mystère. Pouvait-on vraiment lui faire confiance?
Ses souvenirs étaient un peu confus, les faits remontant à quelque temps déjà, mais il semblait pourtant à Boursicotteur que lorsqu’il emprunta un autre chemin, laissant ses amis derrière lui au 5eme sous-sol, Léanna était restée sous l’aile de Bélial. Ce dernier s’était volatilisé dans son repère emportant la fillette avec lui, laissant ses mères dans le désarroi. Bien sur sa mémoire lui jouant des tours, dû à tous ces coups de gourdins pris dans la tronche et a sa fâcheuse tendance à fumer les herbes médicinales que lui fournissait Rec isidor au lieu d’en faire des infusions, il savait bien qu’il pouvait se tromper. Il attendait donc avec impatience que Lillith leur raconte à tous ce qui avait bien pu se passer depuis tout ce temps.
En tout cas une chose ne s’était pas effacée de sa mémoire, c’était la beauté hypnotisante de Lillith, et comme à l’époque il sentait qu’il allait encore y succuber, pardon succomber!

Carole fut surprise de la réaction aussi spontanée que positive des aventuriers. Elle en fut émue. Elle glissa sa main dans celle de Sunfire.

« On dirait que tu as bien fait d’insister pour venir ici. Vous avoir tous les deux ici me comble.
Oui Kaïo, ça sent l’entourloupe mais je ne sais pas encore laquelle. Bélial a kidnappé notre fille. Ça, ce sont des faits. Il est extrêmement fourbe et peut nous empêcher de distinguer la vérité des tromperies. »

Se tournant vers sa fille :
« Tu sais que ce n’est pas possible, Léanna. Nous ne pouvons l’épargner. Il nous a envoyé bon nombre de créatures pour nous ralentir et nous occire pendant tout notre trajet jusqu’ici.
Il aurait pu nous faire un signe plus tôt mais il ne l’a pas fait. Au contraire, il nous dévoile ta présence au moment où il se sent perdu. N’est-ce pas là le signe du démon ? Jouer avec nos faiblesses comme on sort une carte maitresse de son jeu ?
Tu as peut-être été trop longtemps été sous sa coupe pour résonner correctement. »

Découvrant l’arrivée de Lillith :
« Aide-moi, s’il te plait, à convaincre notre fille que ce démon est néfaste. Rappelle-lui que ni toi succube, ni moi ne serons un jour à la merci d’un homme. C’est dans nos gênes et elle les a, elle aussi.
Oh ma belle Léanna…
Einläe, tu as eu beaucoup de chance, saches-le. Cette horrible créature se servait des femmes pour les féconder et trop souvent, celles-ci mourraient en couche. Voilà sans doute ce qu’il te réservait quand tu t’es fait kidnappée par cette Syrène. »

Les aventuriers se jetèrent sur Hastur, et entendant le discours de Carole et le destin qu’il prévoyait pour ces femmes, Sephira, avec rage porta le coup final à la bête qui s’écroula.

Carole prit peur que les aventuriers, chauds comme la braise, ne se retournent contre Lillith et Léanna. Cela aurait été instinctif de leur part mais elle avait envie de reprendre foi en l’homme au vu des derniers éléments.
« Soyez ouverts d’esprit, chers aventuriers. Lillith n’est là que pour Léanna, sa fille. Elle est une succube, il est vrai, mais elle n’est pas à craindre, en cet instant, pour vos vies. Ni pour vos santés mentales. Concentrons-nous sur les tentacules qui nous maudissent. »

A la mort de Hastur, les 2 succubes se mirent à vaciller puis à hurler de douleur.
Leurs cris devinrent de plus en plus stridents, au point de forcer tous les aventuriers à se tenir les oreilles. L’air devint flou autour d’elles, et leurs silhouettes se mirent à osciller et se déformer.

« Espèce... de... raclures... vous ... allez crever!!!! » hurla Lillith.

« Oups! Elles n’auraient pas un peu changé là? demanda Boursicotteur avant de se tourner vers Carole. Et maintenant? On reste toujours ouvert d’esprit? Es-tu sure qu’il s’agit bien de Léanna et de Lillith? Ne serait-ce pas une illusion, encore un mauvais tour de Bélial ? »

Carole tenta une dernière approche pour ne pas s’y méprendre :
« Lillith, ne rentre pas dans le jeu de cette créature. Résiste !!! Et aide notre fille à se sortir de ce tentacule. »
Mais rien n’y fit. N’y croyant elle-même pas, elle se recula.
« Je vous laisse prendre la décision. Je ne peux être impartiale. J’ai trop envie d’y croire. Mais je ne reconnais pas là Lillith. Elle me ressemble trop pour rester ici sans crâner verbalement. Et Léanna sait que trop bien que jamais nous ne pourrons vivre à trois. Elle n’aurait jamais dû y faire allusion. Ceci n’est sans doute qu’illusion.
Prenez votre décision en coalition. Pesez bien le vrai du faux. Restez toujours ouverts d’esprit, quel que soit le sens de cette phrase. »

Elenaelle s’approcha de la fillette, lui saisit doucement le bras :
« Apaise-toi mon enfant, apaise- toi, aucune mort n’est inéluctable dans ce monde. »
Puis Elenaelle, guérisseuse, commença une douce chanson d’apaisement.

Il ne fallait pas le dire deux fois aux aventuriers qui n’attendaient que ça. Carole perdant espoir, ils firent parler les armes comme ils savaient si bien le faire. Dagon fut anéanti.
Assaillies par les aventuriers, l’amante et la fille de Carole finirent pas s’effondrer au sol, vaincues.
Tandis que les aventuriers s’approchaient, leurs silhouettes se mirent à se brouiller et à se transformer, pour reprendre leurs formes originelles : elles n’étaient au final que de simples tentacules, derniers vestiges du mal absolu qu’étaient Hastur et Dagon.

Elenaelle avait assisté à la frénésie des guerriers qui l’avait écartée de Léanna et Lillith et les avaient frappées sans relâche jusqu’à ce qu’elles gisent à terre... Quand est-ce qu’ils arrêteront de réfléchir avec leurs épées ? Surement jamais. Se rapprochant de la dépouille de Léanna, elle mit un genou à terre et essaya de percevoir une parcelle de l’âme pure de l’enfant pour s’y accrocher et lancer le plus puissant des rituels de guérisseuse qu’elle connaissait.
Malheureusement, rien ne se produisit.

La défaite des deux Grands Anciens, des créatures des îles et de la bande de pirates de John Sparrow fit apparaître une corne d’abondance. Il était temps de palper les récompenses.


Texte de Lillith, Carole, Kaio, Einläe, Boursicotteur, Elenaelle
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 21 févr. 2022 15:25

Les trois Bardes virent un des aventuriers souffler dans la corne d’abondance qui fit apparaître le trésor tant convoité par John Sparrow et son équipage. Le capitaine ne put que regarder d’un air désœuvré les aventuriers se servirent.
Sunfire, Puck et Slaine reçurent chacun une paire de gants magiques. L’Elfe, ayant plus de chance que ces deux comparses, put obtenir encore une paire de bottes enchantées. Ils trouvèrent également des armures pour familiers.
Un portail magique s’ouvrit pour que les aventuriers puissent retourner à la Halle, et les Bardes l’empruntèrent, suivis de leurs compagnons de route.

De retour à la Halle, le groupe retrouva Ghanst, Artano et Vard et ils décidèrent de rester encore un peu. Il fallait laver les vêtements après les évènements sur les îles et se reposer. Slaine en profita pour donner ses gants enchantés à Artano, qui lui seraient beaucoup plus utiles qu’à lui. Ce n’était pas par charité, évidemment. C’était pour augmenter l’efficacité du groupe.

Après quelques jours de repos bien mérités, Bricogne, Carole, Artano, Caro-lina, Carolyn, Puck, Slaine, P’tit Bri, Ghanst, Sunfire et Vard quittèrent la Halle Merveilleuse et retournèrent dans l’annexe 6.
Ils s’éloignèrent du bâtiment administratif en discutant gaiement. Malgré le fait que Lillith et Léanna n’aient pas été les vraies, Carole pensait que c’était un signe qu’elle les retrouverait dans le futur. Et Caro-lina, pleine d’entrain face à l’espoir de son amie, partit affronter toute seule un élémentaire majeur de noirceur insondable un peu plus loin.

C’est alors qu’une voix provenant du bâtiment administratif les interpella. Les aventuriers se retournèrent et virent avec surprise Gwen courir vers eux en agitant la main pour qu’ils l’attendent. En arrivant à leur hauteur, il leur annonça vouloir continuer avec eux sans ses frères, parce que Bricogne était un marrant.
Leurs retrouvailles furent interrompues par un cri. C’était Caro-lina qui appelait à l’aide. Elle apprit à ses dépens que ce n’était pas la meilleure idée d’aller affronter un élémentaire majeur toute seule, et encore moins un Noirceur Insondable. Ils dégainèrent leurs armes et allèrent sauver la Naine, confiants qu’ils allaient surmonter toutes les épreuves qui pourraient se dresser sur leur chemin.
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 07 mars 2022 21:31

Aussi vite arrivé, aussi vite reparti. Les aventuriers avaient à peine recommencé leur voyage depuis quelques jours que Gwen fut tué par des monstres. Et cette fois-ci, ses frères avaient en leur possession son glyphe de résurrection. Gwen revint donc dans les Marais aux côtés de sa famille.
Il fallait maintenant régler le problème de son équipement. Gwen leur répondit par message qu’ils pouvaient lui rendre ses affaires à leur prochaine rencontre. Oui, oui, bien sûr… Artano avait besoin d’une arme de tir plus puissante et s’octroya l’arbalète. Bricogne ramassa les brouzoufs, et Sunfire, Puck et Slaine avaient besoin de ses runes eau. Les runes qui restèrent furent ramassées par les Ménestrels et les Chevalières de Sang. Il ne fallait pas gâcher après tout.

Malheureusement, il ne s’agissait que de la première mort d’une série à venir. Quelques semaines plus tard, le groupe fut pris dans une bataille contre un bon paquet d’élémentaires primitifs dont un elementa majeur d’eau méphitique. Normalement, ça aurait dû passer. Mais suite à une mauvaise gestion, Slaine et Caro-lina furent abattus. Leurs glyphes les ramenèrent aussitôt, et ils profitèrent de leur halo temporaire d’invincibilité pour ramasser leurs affaires pendant que le reste du groupe se repliait pour se réorganiser avant de repasser à l’attaque.

Slaine était furax. Alors que les De Profundis, les Ménestrels et les Chevalières étaient occupés à ramasser du butin, l’Elfe s’avança vers eux, irradiant de magie et le regard mauvais, prêt à déchainer l’enfer sur ces misérables…

« Hé ho ! Stop, stop, stop ! s’interposa Sunfire dans l’urgence.
-Doucement, l’Elfe, tenta de le calmer Puck. »

Les deux amis poussèrent Slaine à l’écart et celui-ci se calma. Enfin un peu.

« Non mais vous avez vu ça ? s’emporta-t-il. Qu’est-ce qu’ils ont fait là ? Pourquoi s’occuper des elementas les plus insignifiants en premier alors que c’est moi qui encaisse les frappes des cinq plus costauds dont le majeur d’eau méphitique? Et c’est normal que certains mages n’aient pas de voie magique ? C’est normal que…
-Allez, ça va, ce n’est pas grave, l’interrompit son ami Nain.
-Pas grave ?
-On fera plus attention la prochaine fois pour ne pas calancher. Et on ne va pas se balancer des disputailles sur la caboche avec les copains.
-Puck a raison, acquiesça Sunfire. Ce n’est pas la première fois, et probablement pas la dernière. Assurons-nous juste que la prochaine fois soit dans très longtemps. Le groupe a perdu pas mal de monde depuis le -8, autant ne pas aggraver la chose. »

Pour le bien du groupe, Slaine ravala sa colère et tout le monde se remit en route. L’exploration de l’annexe 6 fut terminée et les aventuriers mirent le cap sur la prochaine annexe.

Ils arrivèrent dans l’annexe 9, celle qui pouvait ressembler à un visage. Et l’ambiance de cette annexe faisait remonter de vieux souvenirs. A peine entrés qu’ils se mirent tous à transpirer et ils durent s’habiller plus léger. L’annexe était similaire à l’Antichambre de l’Enfer, avec de la lave partout. Le groupe était ravi, les marches allaient être difficiles dans cette chaleur.
L’objectif était à la fois de terminer l’exploration pour la plupart, et de tout faire pour les Ménestrels. De plus, cette annexe possédait un grand escalier que les Bardes n’avaient pas validé à leur première visite.

Le temps passa, le grand escalier fut visité, et les cartes se remplirent ou se terminèrent. En faisant demi-tour pour se diriger vers l’entrée de l’annexe suivante, les compagnons de route tombèrent dans une embuscade. Différents elementas, chefs primitifs ou titans les attaquèrent. Rien d’alarmant, et les ennemis tombèrent les uns après les autres. Mais il en venait toujours plus et le reste du groupe se mit à paniquer et demanda de se mettre à couvert, au grand étonnement des Bardes qui ne trouvaient pas cela nécessaire. La retraite se fit en totale désorganisation.
Il ne resta bientôt plus que les Bardes et Ghanst, les autres ayant filé la queue entre les jambes.

Les quatre aventuriers se retrouvèrent encerclés par un sacré paquet d’ennemis. Lorsque Slaine voulut créer un passage pour qu’ils puissent s’extirper de ce bourbier, un portail apparut et il ne put lancer le sien. Ils tentèrent de l’emprunter, mais il s’agissait de la sortie ! Carole en émergea et courut se mettre à l’abri. Elle avait été balancée au loin par un elementa et revenait par portail. Le couperet était tombé, la Chevalière venait de provoquer une condamnation. Si Slaine avait pu, il l’aurait jeté en pâture aux monstres sans remord pour ce qu’elle venait de commettre. Ghanst et Sunfire ne pouvaient plus se mettre à l’abri sans un passage magique.
Sunfire regarda ses amis et leur demanda de le laisser. Il encaisserait les coups et Ghanst pourrait en profiter pour se tirer dès qu’elle le pourrait. Puck et Slaine s’en allèrent, espérant que Ghanst y passe à la place de leur ami.
Malheureusement, la Naine réussit à se mettre à l’abri, et Sunfire se matérialisa grâce à son glyphe de résurrection suite à sa mort.

Slaine le regarda d’un air entendu.
« Tu vois ?
-Mais *bip* de *bip* ! Qu’ils aillent se faire* bip* ! Fait *bip* ! Quelle bande de *bip* !! Pourquoi ils ont voulu partir, ces *bip* ? Foutus trouillards ! On est onze, avec deux familiers tout aussi solides qui peuvent encaisser ! Il y a largement de quoi tenir ! Tu as totalement raison, Slaine !
-Comme disait Puck quand j’ai été tué, pas d’embrouille avec les autres, n’est-ce pas ?
-C’est bon, ça va, j’essaie de me calmer ! »

Ils se remirent sur pieds, allèrent tuer les monstres et Sunfire put ramasser son équipement. Ils purent enfin quitter l’annexe 9.
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 20 oct. 2022 23:11

Les Bardes, Ménestrels, De Profundis et Chevalières de Sang débouchèrent dans l’annexe 8. Cette partie des souterrains nécessitait une pelle pour creuser dans les parois, et les débris au sol ralentissaient la marche et empêchaient les passages et portails. Et dans ce groupe de bras cassés, au moins la moitié n’avait pas de pelle. Bricogne en possédait une, ainsi que Puck, Sunfire, Ghanst et peut être Artano. Mais c’était tout.
Et donc comme à chaque nouvelle annexe, le groupe en fit l’exploration totale pour les Ménestrels de la Lune d’Argent qui n’avaient pas la carte et pour tous les autres à qui il manquait quelques bouts.

Bien des semaines plus tard, une fois l’exploration terminée, et Léno approchant doucement, le groupe se rendit au centre de l’annexe, au bâtiment administratif. Ils firent la rencontre de trois aventuriers appartenant à la guilde de la Bande à Meuhlin, la même que Gwen : l’Elfe de la Nuit Glorfindel , Stragen le Nain au teint blême et aux dents pointues (on sentait qu’il y avait un truc qui clochait chez lui) et Guylhem de Puylaurens le paladin humain. Leur groupe était remonté des Marais, car beaucoup de membres ne se sentaient pas vraiment d’attaque pour continuer dans ce nouvel étage. En revenant au -9, ils s’étaient séparés et espéraient se retrouver quand chacun se sentirait d’attaque pour y retourner.
Ces trois compagnons minaient dans l’annexe 8, Glorfindel souhaitant monter sa forgeamagie avant de retourner au Marais. Bricogne, Slaine et Vard lui posèrent plein de question sur cette discipline, eux aussi avaient envie de s’y mettre.

Stragen demanda de l’aide pour un contrat de chasse concernant des elementas de cristal. Les Bardes et leurs compagnons acceptèrent. Et ensemble, ils refirent le tour de l’annexe pour camper les portails démoniaques fixes. Les Bardes étaient d’ailleurs ravis de voir que la Bande à Meuhlin s’étonnait de voir Bricogne demander une retraite stratégique face à un petit surplus de monstres. Enfin des gens qui pensaient comme eux ! Les trois Bardes et les trois Meuhlins refusèrent de fuir et restèrent faucher tout ce qui passait à proximité.

Une fois le contrat de chasse rempli, à la grande joie de Stragen et ses potes, tout le monde se rendit à la Halle Merveilleuse pour le Marché de Léno.
A peine arrivés, Ghanst, Vard et Artano décidèrent de se poser à l’auberge et de ne plus bouger. Ils souhaitaient réfléchir sur la suite de leur périple. Allaient-ils continuer ou s’arrêter un temps ici ?
Les autres déposèrent également leurs affaires dans les chambres puis s’éparpillèrent au Marché. Slaine, Puck et Sunfire partirent de leur côté. Glorfindel leur avait donné les recettes des bottes et des gants et il était temps d’en changer pour des plus utiles.
Slaine passa son temps à invoquer des rats jusqu’à avoir le nombre de peaux nécessaires. Puis les Bardes firent affaire avec un Nain du nom de Toll Grutt de la guilde de la Confrérie de la Lampe qui leur fournit les derniers composants manquants.
Une fois tout le matériel réunit, ils se rendirent chez Alumë, la travailleuse du cuir, qui leur confectionna à chacun une paire de gants et de bottes magiques.
Ils se rendirent ensuite à la Halle, le magasin de Hagard. Puck et Sunfire achetèrent chacun une épée avec le symbole gravé sur la poignée.
Puck s’approcha de Slaine, tentant vainement de cacher le sourire qui s’affichait sur son visage :
« Pour toi, l’Elfe ! Il n’y a pas de raison que tu n’aies pas toi non plus un nouveau tranchoir. Et ça te rendra utile ! »
Le mage toisa le Nain mais pris quand même ce qu’il lui tendait : une pioche.
« Trop aimable de ta part » .

Le lendemain ils rencontrèrent Einlaë, l’Elfe qui dirigeait le Lotus Rouge, au Marché. Ils s’installèrent à une taverne et lui posèrent des questions sur la forgeamagie. Ils discutèrent longtemps et apprirent à mieux la connaître. En fait, ils l’appréciaient même.
Kaïo vint les rejoindre et le groupe discuta comme de vieux amis. Le Commandeur leur demanda même s’ils ne voulaient pas redevenir les tueurs redoutés de l’époque. La Main du Mal lui manquait. il ne restait que Cook, Vador, Sith et les Bardes en tant qu’anciens membres. Selon lui, les tueurs qui sévissaient encore actuellement ne leur arrivaient aucunement à la cheville.
Sunfire sourit. Si seulement Grands Pas, Grosbill, Korgrim, Ash Mo, Liloo, Fridorik et les autres avaient pu entendre ça. Mais il lui rappela qu’il s’était rangé pour une fille et ne pourrait pas revenir sur cette décision. Puck ajouta que cette poulette n’était de toute façon plus là et qu’ils n’avaient même pas été ensemble ! Le Nain n’était pas contre dézinguer encore deux personnes pour enfin atteindre les 100 aventuriers éliminés.

Quelques jours plus tard se tint le concours d’archerie et P’tit Bri y participa. Quand le concours fut terminé, le jury donna aux aventuriers présents l’autorisation de s’en mettre plein la tronche. P’tit Bri put quitter le terrain sain et sauf. Mais malheureusement, Carole, Caro-lina et Carolyn, qui ne faisaient que prendre l’air dans la zone, furent abattues. Et comble de l’ironie, par leurs anciens compagnons de route.
Rematérialisées et bien énervées, les Chevalières de sang et la Ménestrelle décidèrent de rejoindre Vard, Ghanst et Artano à l’auberge pour réfléchir à un abandon ou pas.

Peinés de voir le groupe disparaître, Puck, Slaine, Bricogne, Sunfire et P’tit Bri se rendirent au Delain Kart.
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 14 nov. 2022 10:57

Le Delain Kart était une nouvelle activité créée pour Léno. C’était une course sur des montures, et des caisses parsemaient le circuit, contenant divers objets à utiliser contre les autres participants.
Les aventuriers furent accueillis par Phénix, un chevalier en armure intégrale enflammée, et par Marlyza, une Humaine blonde portant un masque.
« Selon les règles, seul un par équipe peut participer. Qui se dévoue ? demanda Puck.
-Bah Slaine, répondit Sunfire du tac au tac. C’est des trucs d’Elfes, toutes ces montures à apprivoiser en chantonnant dans l’oreille, non ?
-Ok, nous fous pas la honte, l’Elfe. On te regarde des gradins.»

Et Puck, Sunfire et P’tit Bri s’en allèrent sans laisser à Slaine le temps d’en placer une. Le mage énervé se retrouva avec Bricogne, et ils furent bientôt rejoints par Glorfindel. Slaine était certain que des alliances étaient en train de se créer parmi les participants. Il proposa à ses deux compagnons de rameuter d’autres personnes. Glorfindel avait quelques noms, et bientôt, grâce à lui, la troupe s’agrandit avec la Naine Guillaumimie, le Nain Hébus des Veilleurs, le Nain Korgan, et enfin l’Humaine Myrulia et le Nain Boubou, tous deux des Explorateurs du Bout du Monde.
Bien, c’était mieux que rien. Ils allaient pouvoir ralentir les autres coureurs pendant que le Barde pourrait tracer.

Il fallait ensuite choisir la monture. Slaine inspecta chacune d’entre elles dans l’enclos. Phénix et Marlyza avaient expliqué que le circuit était composé de différents types de terrains, et que chaque créature avait ses forces et faiblesses. Il y avait des chevaux, des centaures, des faunes, des poulpes, des tritons et des chèvres. Le choix fut vite fait sachant que pour certaines montures, c’était tout bonnement impensable de monter dessus. Sérieusement, qui allait monter un faune ? Il fallait un minimum de prestance et ne pas passer pour le dernier des dégueulasse. Seul un cheval pouvait convenir.

Les coureurs étaient également divisés en trois catégories en fonction de la puissance des aventuriers, même si toutes concourraient ensemble : petits poneys, canassons et purs sangs.
Slaine, Bricogne et Glorfindel se retrouvèrent dans la dernière catégorie.

Les participants s’alignèrent devant la ligne de départ. La mystérieuse Marlyza rappela aux aventuriers qu’il fallait impérativement récupérer des témoins de passage auprès de chaque arbitre sur trouvant aux différents checkpoints pour valider la course. Des arbitres arrivèrent et donnèrent à chaque cavalier une arme. Slaine reçut trois carapaces rouges.
Puis Phénix vint rejoindre son acolyte sur l’estrade à côté de la ligne de départ. Il invoqua une épée enflammée qu’il leva en l’air. Il y a un petit moment de flottement, comme si le temps s’arrêtait. Tous les regards étaient rivés sur l’épée magique. Les corps se tendirent, les battements de cœur accélérèrent, le stress grimpa en flèche. Slaine avait les mains moites, il était prêt à accélérer et à jeter les armes acquises sur ceux autour de lui. Et Phénix abaissa son arme.

Les aventuriers lancèrent leurs montures au galop. Et très vite ce fut l’empoignade, les bousculades et les coups fourrés. La route traversa un lac. Ceux possédant des tritons passèrent par le lac, mais beaucoup de ceux ayant d’autres montures se virent éjecter dans l’eau par les adversaires. Dans tout cette bousculade, Slaine perdit de vue Bricogne, Glorfindel et les autres alliés.

Slaine envoya une carapace rouge sur Alatorn qui valsa au loin. D’un coup de pied, l’Elfe brisa une caisse et ramassa un fantôme qu’il utilisa sur le mage elfe Khayst. Mais son cheval, comme les montures de tout le monde, devint incontrôlable et finit dans le lac. Ce fut le chaos. Un puissant sort magique vint calmer les bêtes. La voix de Marlyza, amplifiée par magie, les prévint qu’une attaque de Malkiar sur les animaux fut stoppée. Les montures redevinrent dociles et la course reprit. Les coureurs arrivèrent dans une zone rocailleuse avec trois cratères.
Le Barde lança la deuxième carapace rouge sur Ji Ly qui vola sur le côté. Il brisa une nouvelle caisse et ramassa une fleur. Des peaux de banane, des carapaces vertes et rouges volaient dans tous les sens. Des explosions et des éclairs dévastaient les participants et la piste suite aux nombreux objets lancés par les aventuriers. Une boule de feu, lancée par l’Elfe Allen des Ankh Morpork, percuta Slaine qui grimaça plus d’énervement que de douleur. Sa monture émergea des flammes et reprit la course.

Les coureurs atteignirent le premier checkpoint puis arrivèrent dans une nouvelle zone rocailleuse suivie d’un trajet dans l’eau et d’une piste en terre battue. Slaine utilisa la fleur qui envoya une boule de feu sur Allen et Gurdiel Mortenclume. Mais les flammes engloutirent également Boubou, un des alliés. Il n’avait pas qu’à être là, pensa l’Elfe.

Le deuxième checkpoint fut atteint et les aventuriers arrivèrent dans une zone de terre battue avec un étang et un chemin rocailleux. Allen était de nouveau là. Tant pis pour lui. Le Barde utilisa sa dernière carapace rouge qui percuta sa cible. Allen disparut dans le décor. Il brisa une nouvelle caisse et ramasse une carapace verte.

Slaine atteignit le troisième checkpoint. Plus loin, un mur bloquait le chemin. Les montures ne pouvaient plus avancer. L’Elfe mit pieds à terre et fit comme les autres aventuriers, il grimpa le long l’obstacle. Et de l’autre côté, de nouvelles bêtes attendaient les coureurs. Slaine reprit un nouveau cheval et lança sa carapace verte sur Mirriyam. Mais l’Elfe magicienne Sephira du Lotus Rouge envoya une carapace rouge sur Slaine qui fut éjecté dans les marais qui constituaient la zone.
Le Barde reprit péniblement la course et finit par franchir la ligne d’arrivée et termina 18ème du rang pur-sang. Glorfindel était quatrième, Bricogne dixième et juste derrière Slaine, à la 19ème position, se trouvait l’ancien compagnon de route Gwen 1.
Pour récompenses, les coureurs reçurent une cravache magique. Le Barde rejoint Puck et Sunfire. Et avec tous les aventuriers, ils sortirent du champ de course car le célèbre portail magique s’ouvrit, et les emmena dans une nouvelle région du monde.
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Avatar de l’utilisateur
Sunfire
Meuble
Messages : 625
Inscription : 08 juil. 2003 22:08
Localisation : Mulhouse (68)
Contact :

Re: Errance

Message par Sunfire » 28 nov. 2022 10:43

Quand Slaine, Sunfire et Puck émergèrent du portail magique dans un endroit enneigé et ils furent assaillis par un vent glacial. Tous les aventuriers présents sortirent des vêtements chauds car ils se trouvaient dans les Terres du Grand Nord, là où le froid piquait un peu plus qu’au royaume de Délain. Un mouvement dans les arbres alertèrent les aventuriers et de la forêt émergèrent des Jötnars vétérans. Slaine, Puck et Sunfire se jetèrent plusieurs sorts, tous comme les gens autours, et foncèrent sur ces espèces de géants barbus portant des masses qui s’avançaient prêts à en découdre.
Quand les Jötnars furent vaincus, les aventuriers virent non loin un bord de mer un petit village du nom de Hlymrek. Des drakkars mouillaient au petit port et des guerriers vikings affrontaient eux aussi les Jötnars, Jötunns et autres tritons excités. Dans l’eau, des sirènes, des requins et des hippocampes nageaient tranquillement.
Les Délaniens ne se firent pas prier pour plus de bagarre et allèrent aider ces guerriers du nord. Les ennemis jonchèrent bientôt le sol. Parmi les Vikings, l’un d’eux se dégageait du lot.

Apercevant le grand superbe viril beau viking au milieu des grappes d'aventuriers, Einläe se précipita vers lui, la bouche en cœur :

« Salutations grand beau superbe viking viril et musclé! Nous venons d'arriver dans cette contrée, et sommes bien curieux de la découvrir, ainsi que ses autochtones! dit-elle d’un ton aguicheur.
Vous avez l'air seul monsieur le grand beau viril viking, il y en a d'autres comme vous par ici?
On a remarqué les sirènes et hippocampes, qui nous permettraient de visiter plus aisément votre pays. »

Vu comme elle bavait, les Bardes d’Anastasia en conclurent qu’elle avait vraiment la dalle.

Le chef guerrier se dresse de toute sa hauteur, et balaya du regard le groupe qui arrivait.

Sans répondre aussitôt, il observa et constata que dans cette bande disparate, il y avait de vaillants guerriers, des archers et probablement des prêtres ou autres jeteurs de maléfices.

Levant son épée en l'air, et d'un ton grave, il s'adressa aux arrivants:
« Salutations et bienvenue dans les terres du Roi Ragnar !
Je suis le Jarl Björn et je vous somme de vous identifier et de déclarer vos intentions !
Je dois vous prévenir que nous subissons actuellement les assauts de créatures magiques et nous sommes en train de nous organiser pour les forcer à rebrousser chemin !
Nous avons défait bon nombre d'ennemis, mais n'avons jamais eu à affronter ce genre de géants !
Si vous venez en paix, vous serez les bienvenus dans le village, non loin à l'ouest.
Si vous venez nous aider, il va falloir combattre avec nous ces Jötnars et Jötunns !
Laissez ces montures pour l'instant, elles ne sont à disposition que de nos alliés ! » termina-t-il d'un ton assuré et ferme.

Puis, se tournant vers Einläe :
« Vous pouvez m'appeler Björn.
Vous et vos amis seront bien accueillis dans notre grand hall quand nous aurons calmé ces assauts.
Est-ce que les étrangers avec qui vous arrivez sont dignes de confiance ? Les connaissez-vous tous ? Nous allons probablement devoir risquer nos vies tous ensemble, j'espère qu'ils sont fiables ! »

Puis, pointant le doigt vers les montures :
« Nous avons lié un pacte avec les créatures alentours. Nos villages ne sont pas seuls. Nous avons préparé un plan pour repousser ces formidables adversaires !
-Enchantée Björn, je suis Einläe, accompagnée de quelques fidèles compagnons, solides et fiables dans l'ensemble. Nous arpentons habituellement les souterrains des terres de Delain, affrontant essentiellement les créatures de Malkiar. Aujourd'hui nous débarquons en terre totalement inconnue et n'avons pas d'intentions belliqueuses envers ses habitants. Je ne peux répondre pour tous ceux ici présents, mais je ne pense pas trop m'avancer en disant que la plupart seront de bonne volonté pour vous aider et vous soutenir contre les créatures qui vous posent problème.
Quel est donc ce plan, et la nature de ce qui vous menace? »

D'un air grave, le Jarl approuva avec soulagement les déclarations d’Einläe:
« Alors je peux dès à présent vous appeler mes amis.
Pour une raison qui m'échappe, ces créatures échappées des légendes et des contes qu'on entend depuis notre enfance viennent nous assaillir.
Heureusement, mon père Ragnar est un grand seigneur de guerre, et a su les repérer et organiser une résistance !
Nous sommes des vikings ! dit-il fièrement, tapant de son poing sur son buste. Nous n'avons pas peur de mourir au combat ! Notre roi a donc leurré ces créatures en ordonnant aux habitants de quitter leurs villages et d'attirer les Jötunns ici.
C'est un emplacement stratégique pour nous, nous avons pu séparer leurs forces en deux. Il n'est pas possible de rejoindre facilement l'autre village à l'ouest, où mon père fait sans nul doute savoir aux créatures et aux dieux que notre famille ne plie devant personne !
Nous avons aussi rallié les créatures alentours à notre cause, car nous survivrons tous ensemble, ou nous mourrons tous ensemble ! Soyez en bien conscients ! »

Il se tourna alors vers les montures.

« Tuons un maximum de ces géants, puis nous prendrons la mer avec ces hippocampes, requins et sirènes alliés, qui nous porteront.
On ose nous attaquer ? NON ! Personne ne nous attaque !!!
C'est NOUS qui allons entamer les combats !!! »

Une poignée d'êtres aux cheveux blancs et à la peau sombre venaient d'arriver. Ils regardaient autour d'eux pour découvrir cette nouvelle terre. L'un des Drows s'avança et s'adressa à Björn, tout en faisant tourner son stylet dans un gobelet.
« Touille ! Salut, Viking ! Je ne connais pas les monstres d'on tu parles, mais les Ar vont aider ton peuple ! » clama Ar-daethir.

La bataille contre les tritons et Jötnars continua, les aventuriers et Vikings devant défendre le port. Puis certains Délaniens commencèrent à enfourcher les requins, hippocampes et sirènes pour continuer la bataille en mer.

Minh de Crayon tentait de retenir son souffle devant la beauté des lieux, et bavait devant une monture pas complètement visible. Mais les jours derniers lui avaient laissé un gout de mal au cul lors de la course.
Entendant une conversation plus loin, quelques bribes lui suffirent pour s'exclamer :
« Nous en sommes !! Je ne sais pas pourquoi, mais nous allons y aller au truc !! Oh toi, fier guerrier, soit sur que nous ne toucherons que les bêêêtes qui s'en prennent aux tiens !! Nooooonnnnnn ! »

Ce fut le seul mot qui sortit de sa bouche en voyant les sorts de certains aventuriers qui dérapaient et touchaient les montures .... Ce lieu acceptait-il mal les magiciens ??

Dourga prit la parole :
« Bonsoir Björn. J’ai chevauché une sirène et je m’en excuse. Cela ne m’empêche pas d’adhérer à votre cause. Je reste en vue du rivage pour plusieurs raisons :
Les sorts d’attaque de nos partisans contre les Jötnar atteignent ces montures, et si on ne les soigne pas, malheureusement elles disparaîtront. Je me tiens donc hors de portée, sauvant ainsi une monture. D’autres créatures, les tritons excités, hantent les abords de la plage et je vais les examiner et tenter de les contenir. Votre cause me semble juste, je lutte contre l’oppression.

-Les Bardes se joindront à la fête, continua Sunfire. Nous pourrons ainsi conter les exploits aux quatre coins des souterrains quand les survivants sortirons victorieux de ce conflit. Hé oui, toute bonne histoire doit avoir son lot de combattants tombés face à l'ennemi impitoyable!
Bien sûr, plus nous en sortirons plein les poches, et plus de panache et de lyrisme seront présents.
Je me vois bien commencé par: "C'est en ces temps difficiles dans les terres du nord que vint Sunfire, aventurier des souterrains de Delain, aux cheveux noirs au regard sombre, l'épée au poing! Tour à tour, joueur de bloodbowl, tueur et barde, aux accès de mélancolie tout aussi démesurés que ses joies, il foula de ses bottes les terres de Bjorn et les cadavres de ses ennemis!"
Ouais, c'est bien ça! »
L’ancien conseiller de la Main prit un crayon et commença à noter tout ça sur un parchemin.

Faith fut la suivante à prendre la parole :
« Bon, on dirait bien que tout le monde s'est présenté, cool, on va pouvoir passer aux choses sérieuses et faire comme d'habitude: taper ce qui nous tape car comme dit le proverbe: ce qui ne nous tue pas nous rend moins mort.
Salut à toi, donc, Ô mon cher Björn.... ton nom ne m'est pas étranger : serais-tu apparenté à la famille des Borg ?
Sinon moi c'est Faith... Je parle au nom de mon petit groupe, ce n’est pas des causeux, mais ils ont le cœur sur la main : si ta cause est juste ils seront là pour te prêter main forte. »

Dwarfdarf commença à s’exciter :
« Mais qu'est-ce que c'est que ces niaiseries? Vous rentrez dans un village, vous parlez au premier pécore du coin, il vous joue de la flute et comme d'hab vous approuvez tous comme des benêts?
Et pis l'autre qui s'excuse en plus... on aura tout vu!
Dans mon enfance de jeune nain, ma mère me lisait des histoires de viking pour m'endormir. C'était chiant, mais ça marchait, je m'endormais.
Je ne me souviens plus trop, surtout de la fin parce que je m'endormais avant, mais dans mes contes, c'était pas des saints, les vikings, croyez-moi!! »

Le Nain se mit à chevaucher une sirène, mais les membres du Poing du Mal ne cessaient d’envoyer des vagues destructrices sur les montures des aventuriers. Le faisaient-ils exprès ou étaient-ils limités intellectuellement ? Chacun avait son opinion. Mais en tout cas plusieurs montures périrent dont celle de Puck et de Dwarfdarf.

Puck fulminait, prêt à en découdre avec le premier idiot venu. Quant à Dwarfdarf, sa réaction fut similaire et il fut plus rapide à punir :
« Bordel, qui c'est qui vient de flinguer ma monture? S’emporta le Nain du Lotus Rouge. Il va gouter de mon fer, celui-là!!! »

Einläe jeta un regard au "premier pécore du coin" et se baissa en parlant tout bas à son collègue du Lotus Rouge :
« Euh... Je ne sais pas Dwarfdarf, mais je le trouve pas mal pour un "pécore".
Et ne parle pas trop fort, tu as vu ses muscles?!? S'il te met une mandale, t'auras pas besoin d'une monture pour traverser la mer!!
-Il n’est pas né, celui qui lancera un nain!
Ein, tu me connais, moi je dis ça, mais je ne sais pas encore ce qu'il propose comme récompense pour obtenir notre aide.
Mais pour l'instant mes amis et moi on a mieux à faire. Il y en a un qui vient d’occire la belle sirène que j'avais adoptée.
Pendant qu'on s'occupe de lui, tu me rediras ce que t'as négocié avec ton beau gosse. »

Et Dwarfdarf élimina un des mécréants du Poing du Mal. En voyant ces bouffons, Sunfire comprit pourquoi Kaïo voulait que les trois anciens membres de la Main reprennent du service. Le Poing continuait de lancer des vagues destructrices malgré les demandes de Björn.

Disthène, nain de son état, regarda le Viking. Nous voilà donc chez Ragnar. Le roi Ragnar. Rien que cela. Ce n'est pas que l'obscurité des souterrains lui manquait déjà, mais le soleil pâle, la "grande blonde" qui brandissait son épée et qui les "somme". Disthène ricana dans sa barbe. Cela boit quoi une "grande blonde" ? C'était bien la seule réponse qu'il désirait connaître, surtout que l'invitation avait été lancée d'aller voir le village, serrer des mains, pincer des fesses, et montrer à la gente féminine ce qu'est un vrai mâle alpha. Car le Ragnar truc il avait encore dû bien faire des conneries pour s'être attiré l'ire des géants Jötnars et Jötunns. En ce moment chez lui, c'était la période du Carnaval et dans les géants, il y avait des nains ... pour assurer le spectacle.

Il lança donc sa question :
« Y'a quoi à boire chez toi ? »

Björn entendait chacun lui adresser la parole, et malgré la gravité du moment, il ne put s'empêcher de sourire:
« Ah, mes amis, notre cause est juste bien entendue, nous respectons les dieux, mon père Ragnar en serait peut-être même un descendant direct !
Et je comprends que certains doutent, c'est vrai que nous ne sommes pas des tendres ! Nous sommes des guerriers professionnels, des conquérants, mais ce sont eux qui nous assiègent, sans explications !
Vous avez le choix entre combattre avec nous ou combattre seuls ! Si vous vous éparpillez alors vous vous retrouverez isolés face à des créatures de légende... et nous n'avons pas la moindre idée de l'importance de leur armée.
Nous sommes un petit royaume viking solide et riche en commerce, mais vous êtes ici dans une partie isolée, moins importante que notre port principal. C'est parce que nous voulions dérouter ces géants vers des territoires où nous avions un fort avantage tactique. Les villageois ont presque tous fui, mais si nous vainquons l'ennemi, ils sauront vous accueillir comme des rois !
Björn Bjorg ? Oui c'est un cousin, comment le connaissez-vous ? C'est un champion de Kyykkä, il est imbattable !
Les boissons ? De l'hydromel pardi !
Maintenant que la plupart d'entre nous sommes alliés, tuons quelques géants pour libérer le port, et ensuite nous pourrons rejoindre le large avec nos montures. »

Björn regarda à l'horizon. De longues et épaisses formes se glissaient parmi les flots, dans un silence sinistre.


Texte de Björn, Einläe, Ar-daethir, Minh de Crayon, Dourga, Dwarfdarf, Sunfire, Faith et Disthène
Les chances sur un million se réalisent neuf fois sur dix
Répondre