Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Réservé aux puristes...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
pnarcade
Ami des souterrains de Delain
Messages : 2509
Inscription : 25 avr. 2012 14:28
Localisation : Dresden

Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par pnarcade » 17 févr. 2020 21:45

Chronique elfique d’Esquilin.

An de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… ».

« Mais pas du tout », dit Viminal, « tu n’y es pas du tout, mon brave Esquilin, c’est la sorcière qui t’a envoûté, on est passé par le Portail… », ronchonna le Nain.

Après un moment de réflexion…, Esquilin revint à la raison…, ce qui est assez logique pour un elfe.

« Ah oui, c’est vrai, maintenant je me rappelle…, et je vais devoir recommencer ma Chronique… » C’est vrai que les Nains sont moins sensibles à la magie et qu’ils remarquent plus facilement les illusions et ne s’y font pas prendre…, « c’est bien la Sorcière qui nous manipule… »

Bref, voilà…, nous étions donc dans les Halles merveilleuses, on buvait notre septième ou huitième chopine de cervoise, on fêtait Léno avec des centaines de personnages de toutes races, et tout à coup, un Portail apparût avec une sorte de plainte qui en émanait et qui semblait nous dire : « venez vers un inconnu… », d’autres mots ont été prononcés, mais incompréhensibles…

« Un Nain connu ? », avais-tu dit, « je vais aller le voir, je me demande qui c’est ». Et c’est comme ça qu’on est passé par le Portail, notre ami Caelius devant, comme toujours, un Humain presque aussi prompt à la bagarre qu’un Nain…

Nous sommes ainsi arrivés quelques instants plus tard, ici, sur cette plage tout simplement, déstabilisés par le voyage magique, une centaine de mercenaires environ ont fait le même chemin que nous, chacun a fait le voyage en son âme et conscience, on n’a forcé personne, et on a dû installer un dispensaire pour soigner ceux qui ont mal supportés le voyage et c’est là qu’on a vu un individu, vêtu comme nous finalement, qui portait deux bouteilles à moitié vides, et qui titubait en criant qu’on ne pouvait pas doubler le capitaine John Sparrow en lui piquant son trésor…

Bref, Esquilin s’approcha de ce pauvre bougre qui allait tomber à la renverse et le rattrapa pour qu’il ne se fasse pas mal…

« Monsieur Sparrow, n’ayez pas peur, nous ne vous voulons aucun mal, et nous ne voulons pas non plus vous prendre votre trésor, n’ayez pas peur… Nous sommes arrivés sur cette plage par un Portail magique, et maintenant, nous sommes bloqués ici… Je me présente, Esquilin, pour vous servir… Nous aimerions savoir où nous sommes et ce qu’il faut savoir sur cet endroit et les habitants…, et quels dangers nous menacent… »

John Sparrow a répondu qu’il est le capitaine de la Perle Noire ! Il a pointé fièrement son doigt sur son tricorne en cuir, le chapeau du capitaine du navire... N’étant pas marins, personne n’a semblé impressioné…, par ignorance, certainement…, John n’insista pas et dit qu’il avait échoué à trouver quelque chose qui valait le coup… Et c’est là qu’il a mentionné la première fois la Sorcière, en espérant qu’elle ne s’était pas jouée de lui en lui refilant un tuyau…

Puis les premières escarmouches, des Crabes très blindés nous ont traités de « sans-écailles », ils nous ont dit qu’on devait partir, et qu’on n’était pas les bienvenus ici car c’est chez eux…

Des petits corayas très sympas nous ont fait remarquer qu’on n’avait pas de nageoire, et se demandaient de quelle mer on venait, avant de se rapprocher dangereusement…

Certains d’entre nous ont essayé d’engager la conversation, mais ça a tourné court, et les combats ont commencé…

Des crabes très blindés, des tritons excités et des élémentaires d’eau majeurs furent nos premiers adversaires…

Les tritons et les crabes étaient chevauchés par des petits corayas très (ou trop) sympas, aidés par des élémentaires d’eau, car tout ce petit monde évolue mieux dans un espace humide…

Certains ennemis voulaient nous inviter à être leur prochain repas, mais nous avons décliné l’invitation… Un carnage s’ensuivit… Les éclats des carapaces déchiquetées firent du dégat sur nos peaux, du poison sans aucun doute…

On commençait à se poser des questions…, qu’avait donc raconté la Sorcière pour faire venir sur ces îlots perdus un John Sparrow sur le Perle Noire, quel est cet endroit, que cherche donc John Sparrow, y-a-t’il des dangers et qui est cette Sorcière ? Beaucoup trop de questions et bien peu de réponses…

Puis nous nous sommes rendus compte que les premiers combats nous faisaient perdre du temps, qu’on ne savait pas combien de temps le Portail magique nous garderait ici, et que donc, il fallait avancer vers l’Est.

Nous reconnaissions le Clan du Lotus Rouge qui était assez bien représenté avec plusieurs chefs de leurs différentes factions. Les autres mercenaires emboîtèrent donc les pas de ceux-ci… Malgré un grand panneau avec DANGER écrit dessus, nous suivions une sorte de chemin dans le sable…, s’en écarter signifiait la mort dans des sables mouvants…

John Sparrow précédait tout ce petit monde et nous dit que la Sorcière était une femme des îles qui est déjà passée par ici. Ses informations sont étranges, mais elle connait des vieilles légendes qui se sont avérées vraies… N’ayant pas de nouvelles de son équipage indispensable pour progresser, John décida de rester avec Nous.

Puis, nous sommes arrivés sur un ensemble de rochers… Impossible de passer au-dessus, trop glissants, et nous n’avions pas de corde… Les contourner nous auraient entraînés dans des sables-mouvants… Les mineurs sortirent leurs pioches, mais Viminal dit que ce n’était qu’une illusion, personne ne le croyait, alors il partit bougonner dans son coin… Les rochers étaient placés en trompe-l’œil…, on savait passer, quoique pour faire passer le gros de la troupe, on a quand même dû donner des coups de pioche dans la roche…

John parla avec plusieurs d’entre nous, essayant de répondre à toutes les questions, ce qui fait que tout le monde se retrouva ensemble dans le camp du soir, et tout en apprenant que chacun pourrait voir un trésor différent dépendant probablement de la personnalité de chacun, qu’il y avait plusieurs îles à traverser, avec chacune son propre défi, et qu’à la fin, il y avait un monument gigantesque brillant…, ce qui laissa tout le monde dans ses pensées…, en sîrotant des noix de coco.

Et c’est ainsi qu’on ne vit pas arriver cette Syrene Saiyan… Elle ordonna aux crabes de lui amener un déjeûner, son dévolu fut jeté sur Einläe, une jeune elfe, et Abazigal, un grand gaillard, tous deux généraux du Lotus Rouge…

Einläe et Abazigal protestèrent tant qu’ils purent, mais rien n’y fit, ils furent emportés derrière un temple… Tous se levèrent pour aller leur porter secours, Einläe eut la décence d’esprit de perdre du temps, en disant qu’ils n’étaient pas bons à manger, que la Syrene risquait indigestion, intoxication et maladies de toutes sortes…

John Sparrow accourut en évitant les pinces des crabes, suivi par Kaïo, un humain, Commandeur suprême du Lotus Rouge, qui insulta la Syrene, la traitant de vieille morue et de garce de poisson pâné… Mais la Syrene n’en avait cure, elle pensa à la manière de cuisiner son déjeuner… Finalement, le gros des troupes arriva et une terrible bataille allait bientôt s’engager… Les renforts arrivèrent de toute part…
Thenshirock vous couche tous avec sa grosse arbalète.

-Qu'est ce que je vous sers?
-Causette!
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 24 févr. 2020 17:19

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »

La Syrene Saiyan ne se satisfaisait pas de ses deux hors-d’œuvre, elle exigea des encas plus consistants, elle rajouta donc le Nain Narage et l’Humain Style sur sa table de cuisson électrique (dans le sens où les syrènes électriques électrocutent les proies pour les rendre plus tendres)…

Les combats faisaient rage, les guerriers déchiquetaient des crabes, des syrènes et des petits corayas très agaçants et pénibles…, les éclats de carcasses et le poison faisaient des blessures supplémentaires, mais les aventuriers du temple perdu sous l’eau du deuxième îlot semblaient prendre le dessus.

John Sparrow fut appelé à la rescousse dans le combat final contre la Syrene Saiyan, mais il n’eût pas le temps d’arriver avec son sabre…

Et c’est ainsi que, finalement, Guenhwyvar, un guerrier nain, armé d’une épée, et fier de ses toutes nouvelles bottes, a donné le coup fatal, la Syrene Saiyan s’est étalée en exhalant un dernier soupir…

Le garde manger était plein de braves guerriers qui furent libérés et maintenant, nous allons pouvoir reprendre notre chemin vers l’Est après un petit moment de repos au temple étrange de la Syrene Saiyan. Un dernier regard à la carcasse de la Syrene avant de reprendre le sentier et nous voilà repartis vers le contre-fort du deuxième îlot.

A partir de ce moment, John restait en retrait, encourageant les aventuriers à avancer vers les fortifications qui n’existaient pas il y a quelques jours. Car les choses avaient changé… Il nous dit que la Syrene n’était probablement qu’une diversion pour installer des défenseurs sur les remparts…

Nous ne pouvions pas contourner ces remparts, mais étant installés à la hâte, ils ne furent pas solides, il y avait une faille, nous avons pu creuser et les remparts se sont effondrés… Pendant ce temps, les archers s’étaient rassemblés et plusieurs volées de flêches éliminèrent les défenseurs trop hardis qui nous invectivaient. Finalement, nous avons réussi à pénétrer dans les fortications, les combats furent intenses contre des ouga wagadoudou, des ouga wagadoudou didonc, des syrènes très électriques, des crabes très blindés et un petit coraya fixé sur son crabe saiyan qui se prenait pour le chef…, mais nous sommes passés.

John fut perplexe et nous raconta que l’île semblait être maintenant une entité vivante qui s’adaptait aux envahisseurs afin d’attendre son heure pour tous nous engloutir vivants… Des familiers-monstres apparurent également à ce moment… Et surtout, des voix lointaines, lancinantes, avec un écho, se firent entendre à l’unisson mais elles semblaient être nos propres voix… Elles voulaient nous empêcher de quitter l’île dans son ensemble… Kaïo émit l’hypothèse d’être dans un univers parallèle, nous obligeant à combattre nos propres clones, impossibles à différencier des originaux…

Une pluie fine commença à tomber sur les aventuriers, les plages paradisiaques et l’eau claire semblaient s’assombrir, les lagunes paraissent de moins en moins hospitalières et même les monstres aquatiques semblaient devenir nerveux et hésitants. D’un endroit paradisiaque, cette île est à présent habitée par une ambiance pesante, le malaise, l’orage, la peur et l’obscurité. John eut un air de plus en plus préoccupé…

Nous arrivâmes ensuite à un petit pont, qui menait vers la troisième île, le mot « Fuyez » était écrit sur une planche… Nous nous rendîmes compte que nous étions environ 150 maintenant, car un écrivain empathique, et un scribe-comptable, voulaient savoir combien nous étions, et donc, nous dûmes régulièrement nous inscrire auprès d’eux pour savoir si nous étions toujours en vie…, ou s’il fallait écrire un petit mot à nos familles…

Le pont franchi, la réception fut rude, un nouveau bataillon d’ennemis avait pris place, les combats durèrent au moins 5 jours pour libérer l’entrée du troisième îlot… Papi Taupe y fut quelque peu malmené, car il s’était malencontreusement retrouvé sur la ligne de front, en première ligne et entre deux feux, mais après quelques instants passés avec l’Exploratrice, l’infirmière de fortune qui se déplaçait avec nous, il fut ragaillardi, et eut le temps de nous prévenir à propos des mouettes-vampires…, mais étant trop nombreux, elles ont reculé en attendant un meilleur moment, probablement qu’un piège préparé par la Syrene Valkirie nous attend ultérieurement…

Un peu plus loin, sur l’insistance de Papi Taupe, Einläe eût l’idée de parler en latin avec un crabus hilarus, avec des « morituri te salutant », des « fluctuat nec mergitur », bien placés dans la conversation, qui firent se détendre le crabe, et bien nous en prit, car c’était un petit comique qui voulait récompenser la meilleure blague… Certains se prirent au jeu, ils sont tous installés autour d’un feu de camp au sud du troisième îlot… Viminal revint en disant qu’ils s’étaient faits envoûter par la Sorcière et qu’il ne fallait pas prendre ses sortilèges et ses maléfices à la légère…

John Sparrow n’avait jamais pu traverser cette île auparavant et passer à la suivante. Un mur de rochers n’avait pas bougé d’un poil malgré l’explosion de toute sa poudre à canon. Pendant que nos ingénieurs-sapeurs cherchèrent un moyen de franchir le prochain mur, Kaïo vit passer des ennemis par un portail ressemblant à un puit profond, il voulut les combattre au corps à corps pour nous permettre de trouver un outil ou quelque chose d’autre pour passer… Il haranguait ses troupes pour les motiver : « Bande de moules ! Non mais qui m’a flanqué une équipe de pleutres pareils dans les pattes ? » Il paraît que ça marche et qu’on ne peut qu’avancer pour éviter de prendre des coups de sabres dans le dos…
Avatar de l’utilisateur
Carole
Habitué
Messages : 171
Inscription : 25 févr. 2005 14:17

Moment entre filles au coin du feu

Message par Carole » 28 févr. 2020 08:38

Carole était impatiente d’en apprendre plus sur celle qui avait été kidnappée par la Syrène, Einläe. Et sur la Syrène en elle-même. Elle profita des joies du feu de camp pour se rapprocher de l’elfe.

- Ein, je peux m'asseoir à tes côtés ?
Elle n'attendit pas son autorisation et se posa là.
- Tu as été kidnappée ? Par deux fois ? Est-ce que tu peux l'expliquer ? Je veux dire par là que tu n'as sans doute pas été choisie au hasard. Nous ne sommes jamais choisies au hasard. En sais-tu plus ? C'est bien la syrène qui t'a emmenée ? Elle a été bavarde ? Elle t'a parlé en aparté ? Tu as su entendre ce qu'elle a voulu te cacher ?


Mais je t’en prie, causons donc un peu.
En effet j’ai été kidnappée... Nous venions de dégager le chemin des rochers, juste à l’entrée du 2ème îlot, à l’aide du sabre de John et en creusant un peu aussi.
Soudain une Syrène saiyan est apparu dans les flots, et elle nous a enlevés, Abazigal et moi. Elle s’est servie de ses sbires les crabes pour nous amener jusqu’à elle. Elle avait faim, elle voulait clairement nous mettre à son menu! J’ai essayé de gagner du temps en la dissuadant de nous manger, les autres étaient encore loin, et dans l’eau ils n’avançaient pas vite. John a tenté de nous rejoindre, mais je crois qu’il avait trop bu et s’est endormi sur son sabre.
Le lendemain, finalement, le plus gros du groupe avait avancé, et même dépassé John. Et Abazigal est mort... Mr Sly est arrivé le premier sur les lieux avec ses compagnons. La Syrène a aussitôt enfourné ses deux compagnons dans son garde-manger, et voyant que les renforts arrivaient, elle a invité ses copines au festin. Les combats ont commencé et rapidement nous avons pris le dessus. Profitant de la mêlée, j’ai pu m’éloigner un peu, mais elle m’a reprise.
Je ne m’explique pas ce dernier geste de sa part, la situation était pour elle désespérée, elle est morte peu après...

Voilà, je ne peux que te raconter ce qu’il s’est passé... J’essaie de me rappeler ses paroles, tout cela s’est passé si vite, mes souvenirs sont un peu confus, mais dans ce qu’elle a dit rien ne m’a mis la puce à l’oreille. Je ne sais pas pourquoi elle nous a choisis.
Ah, si. Elle pensait que je devais être la plus forte, et avait choisi Abazigal comme " complément" . Elle avait sans doute une mauvaise vue, peut-être est-ce le son de ma voix qui l’a attirée...



Tu es peut-être la plus forte à ses yeux et cela n'a sans doute rien à voir avec sa vue, aussi mauvaise soit-elle. Mais cela n'est que supposition.

Pour la petite histoire, j'ai moi-même été kidnappée il y a peu de temps. Pas par une syrène mais par une succube du nom de Lillith. Et je ne fus pas choisie au hasard. J'étais une femme dans la fleur de l'âge plutôt à son goût et incapable de porter un enfant malgré ses envies. Quand je parle de goût, je ne parle pas du gustatif… Bref, je ne compris que plus tard la raison de son choix, ainsi ce que cela impliquerait.
Ce que je veux dire par là, c'est que je ne crois pas au hasard. Réfléchis bien ! As-tu des faiblesses ? Aurait-elle un intérêt à te reprendre alors qu’elle était en danger ? Un amoureux qui aurait pu empêcher son massacre te sachant trop près d'elle ?

Sais-tu qui elle était ?
Il doit bien y avoir une raison…



Une garde rapprochée dis-tu? Ce ne serait pas donner trop d’importance à ma personne?
Je ne sais pas, nous sommes nombreux, et je tâche de rester prudente. Il est vrai que cette île nous réserve sûrement encore de nombreuses surprises...

J’ai eu vent de cette histoire avec Lillith, mais je n’en connais pas les détails... Je pensais que c’était une vieille histoire, peut-être même une légende! Comment s’est-elle terminée?

Mon amoureux, lui.... *soupir*
Nous nous sommes éloignés ces dernières années. Il semble, sans l’avouer lui-même, plus attiré par quelqu’un de plus... viril...
J’ose croire néanmoins qu’il garde une petite place pour moi dans son cœur, ne serait-ce qu’en souvenir de notre rencontre, il y a si longtemps... De cette rencontre ont découlé tant de choses... C’est un des fidèles compagnons de Kaïo, tu imagines bien qu’il n’aurait jamais pris la défense de la Syrène, bien au contraire!

La Syrène, elle a dit qu’elle s’appelait Elke, ou Ekle. Cela te dit quelque chose?



L'histoire n'est pas terminée. Elle ne fait que commencer pour moi. Et en même temps, elle est en… pause ? Ce serait long à te narrer et je ne pense pas que ce soit l'endroit mais, je peux te raconter ce qui me fait penser que rien n'est jamais aussi simple qu'on ne le pense et que parfois, les apparences sont trompeuses.
Lilith cherchait des alliés pour contrer un démon. Elle s'y est très mal prise en nous attaquant en premier lieu mais on dira que c'était pour vérifier que nous serions à la hauteur. Malheureusement, nous ne fûmes pas à la hauteur et le démon c'est enfui avec ma fille que Lilith a eu avec ce démon qui se sert des succubes comme fécondeuses.
Lilith est à la recherche de notre fille, moi, je reste impuissante. Je ne peux qu'attendre un signe de sa part. Et cette fois, nous serons à la hauteur.

Et Kaïo, le commandeur, il n'aurait pas des vues sur toi ? Même secrètement ? Connaissant le côté «Je me la pète » de monsieur, il est capable de ne rien en dire.

Elke ? Non, ça ne me dit rien. Je n'ai jamais entendu parler d'elle mais je ne vis pas fort entourée et les ragots sont très limités.
Vous l'avez tuée ?
Elle a peut-être été envoyée par quelqu'un.

Oui, tu as raison, mieux vaut rester sur nos gardes. Nous ne voyons plus ce qui pourrait se préparer sur l'île suivante. Un ennemi bien plus puissant est peut-être en attente.

Tu es sûre pour la garde personnelle ? Je suis certaine que certains de ces hommes se feront un plaisir de t'escorter. Et… cela pourrait rendre un amoureux invisible jaloux.



Oh... Triste histoire que la tienne... J’espère qu’elle trouvera un dénouement heureux, et quand ce jour arrivera, si je peux faire quoi que ce soit... n’hésite pas...

Kaïo?!? Nous faisons route ensemble depuis bien longtemps, avant que le Lotus n’existe, même si j’ai parfois pris un peu de distance... Je ne serais pas ce que je suis sans lui, et lui... Peut-être qu’il ne serait pas ce qu’il est sans moi. J’ai été son ombre, son bras droit, il était fougueux et instinctif, j’étais plus raisonnable et la plus à même de lui faire entendre raison, je ne dis pas que j’y suis toujours parvenue...
Après tout ce temps... Il sait que je lui rirais au nez s’il lui prenait l’envie de se déclarer!
Tes paroles me font réfléchir... Il n’aime pas que je m’éloigne trop longtemps, il a réagi très vivement à notre enlèvement, en braillant, comme il sait faire. Je suis peut-être un de ses points faibles. Je ne lui ai jamais connu de femme, ni d’elfe ou de naine d’ailleurs, ou alors il a étonnamment été très discret, mais une chose est sûre, on ne touche pas à ses amis!

Oui, on a tué la Syrène. Guenhwyvar a porté le coup fatal, au petit matin.
C’est probable qu’elle ait été envoyée par quelqu’un, peut-être bien pour jauger notre groupe hétéroclite... Ça ne présage rien de bon...
Il me semble que le mieux est de garder un œil les uns sur les autres. L’entité, ou l’île, ou quelle que soit la chose derrière tout ça, va certainement tenter une autre ruse pour nous déstabiliser, et si elle est un peu maligne, cette chose, elle ne va pas frapper deux fois au même endroit. Comme tu le dis, restons sur nos gardes...



Ce moment entre filles m'a fait beaucoup de bien. Je te remercie pour cet instant suspendu. Si quoi que ce soit te reviens à l'esprit même un infime détail, n'hésites pas à revenir vers moi.
Pour l'heure, profitons de cette agréable soirée. Je te propose, pour nous divertir, de regarder les hommes gesticuler, chercher et creuser^^
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 12 mars 2020 06:10

__[Esquilin]__
Chronique elfique d’Esquilin (Partie 3)

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »

Carole, une elfe un peu ténébreuse, une ancienne connaissance de Kaïo qui a ordonné qu’on tue le mari de Carole devant ses yeux, autrefois…, nous a rejoint au bivouac de cette nuit de demi-lune, tandis qu’Einläe s’interroge sur « l’outil » ou « l’objet » à trouver. Et John, très imbibé, boit et offre sa bouteille de rhum toujours pleine, comme par magie, à son assistance qui l’écoute avidemment, tout en buvant avidemment aussi bien sûr… Il est quasi sûr que l’histoire de Sorcière est presque vraie et que quelque chose nous attend au bout de l’île… Il saisit une sorte de médaillon, composé de plusieurs éléments circulaires, qui semblent tourner sur eux-mêmes quand on le bouge un peu, et il confirme que « l’objet » est plus ou moins dans le coin.

Ganael, un nain portant une épée bénie, s’est porté volontaire pour fouiller le puits, et Guylhem de Puylaurens, un humain avec une grande hache, l’a aidé avec un grapin attaché au rebord, mais avec une trop courte corde…, d’ailleurs, ils n’ont vu que des créatures marines dans le fond du puits et n’ont pas insisté… De plus, juste à côté, un panneau avec une tête de mort est dessinée…, ce qui a refroidi l’ensemble de la troupe qui a préféré passer son chemin. Oreth, un elfe avec de la foudre qui s’échappe de son bâton, chercha un éventuel indice dans un tas d’ossement mais il ne trouva rien de probant… Abazigal essaya de se servir d’un fémur pour faire levier mais rien n’y fit…, il pensa aussi à fabriquer un radeau avec des branches d’arbres mais la mer est trop dangereuse à cet endroit… Et finalement, Einläe demanda aussi à John si son sabre ne pouvait pas encore faire levier encore une fois, mais il dit que ça ne suffira pas.

John, Carole, Kaïo et Einläe parlèrent longtemps, se lançant autant d’amabilités que de remontrances, tous les guerriers du bivouac purent les entendre, et c’est ainsi que pour calmer la situation, John Sparrow lâcha qu’on ne devait pas s’entretuer avant d’avoir trouvé le fameux trésor d’Eustache, laissant supposer qu’il en savait plus qu’il ne voulait nous en dire… Ayant repris le contrôle de l’assistance, il dit qu’il fallait trouver une astuce pour faire bouger les rochers près des falaises qui nous empêchaient de passer, trop hautes pour pouvoir être franchies, il nous dit de trouver une grande branche d’arbre ou autre chose, son pendule lui ayant dit qu’il fallait faire comme ça, et c’est ainsi que le lendemain, le gros de la troupe fit le tour de tout l’îlot, à la recherche de quelque chose…

Link, un elfe avec un joli bracelet mais qui pue le poisson pourri, a cru trouver un passage, mais juste à ce moment, un rocher est tombé de la falaise, trop lourd pour être redéplacé, et le passage fut définitivement clos. John dit que ce n’était pas censé se passer comme ça, qu’on ne pouvait pas ruser avec l’Île, ni la prendre de court, et qu’on devait suivre ses règles capricieuses, en remportant des épreuves dans l’ordre et qu’il y a toujours une solution possible, et qu’on devait par conséquent fouiller cet îlot.

Dans la journée, Crabus hilarus raconta quelques blagues que certains lui avaient apprises et il décida d’offrir une tournée générale, tellement il était content.

Nous sommes donc maintenant bloqués devant une grande falaise, dont le sentier d’accès inférieur est visible uniquement à marée basse…, pas moyen d’aller plus loin… Certains font demi-tour à la recherche de quelque chose ou d’un indice pouvant nous aider à grimper…, d’autres creusèrent un peu partout…, tandis que quelques uns utilisèrent des baguettes de détection… Balivernes, lança Viminal, ça ne marchera jamais…, je ne fais pas confiance à tous ces trucs magiques, il doit y avoir un moyen plus simple…, en tout cas, quand je tomberais sur cette Sorcière, ce n’est pas un coup de bottes magiques qu’elle recevra au derrière…, mais c’est Ma Hâche qui lui remettra les idées en place…
________________
__[Einläe]__
John, après nous avoir exhortés à retourner chaque grain de sable, avait posé son charmant fessier à l’ombre d’un arbre pour se protéger du soleil. Il attendait là, les pieds dans l’eau.
Quelques-uns essayèrent de le rejoindre mais, oh surprise, une barrière magique " SQL" les empêchaient d’avancer. Dil nous dit que sa baguette avait détecté quelque chose, là, juste sous les adorables fesses de John...

Grrrr, encore un coup démoniaque de cette satanée île! Tout le monde espérait que John était en train de fouiller l’endroit au lieu de cuver son rhum...
________________
__[Slaine]__
La baguette de Dil qui frétille sous les fesses de John?
Mince, c’est l’île de la tentation.
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 12 mars 2020 06:11

Chronique elfique d’Esquilin (Partie 4)

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »


Après des fouilles approfondies dans tous les recoins de cette île, finalement, un groupe de creuseurs avec pelles et pioches, composé de Zurina, Tanker, Gauvain et Dil, entre autres…, tomba sur des barres de métal et quelques objets divers qui étaient enfouis dans le sable, une cachette pas du tout évidente à trouver… Les ingénieurs devinèrent tout de suite la façon de s’en servir pour débloquer la situation, les ordres vinrent rapidement, tout le monde pris les barres de métal, des échafaudages furent installés, des leviers, des poulies…, bref, en deux temps, trois mouvements, des rochers furent débloqués de la falaise, laissant un passage suffisant pour laisser passer les aventuriers qui commençaient à trouver cette plage trop étouffante…

Et c’est à ce moment qu’elle est arrivée par la mer…, une Syrene in love, chantant l’Amour, après avoir vu l’un de nos aventuriers… Einläe, Carole et Boursicotteur ont entamé la conversation et tout le monde fut ébahi quand on comprit que l’objet de cet amour était Kaïo…, ils commencèrent à se parler et Syrene in love complimenta Kaïo, elle voulut même organiser un concours des trois plus belles éloges, compliments ou hommages, à son Adonis préféré…

Dark arrow, un elfe en kimono, était sceptique, cette pauvre syrene était certainement aveugle, sourde et sujette à l’anosmie (perte de l’odorat pour les incultes, lol)… On pouvait lire sur la plupart des visages que ce n’était probablement pas gagné d’avance…, et la plupart des guerriers continuèrent donc leur chemin…

Après avoir franchi la falaise défendue par une horde de crabes de toutes tailles, les aventuriers eurent le choix entre deux chemins…, une petite pancarte indiquait que la route du Nord était peinarde, tandis que celle de l’Ouest était particulièrement dangereuse et donc que seuls des fous suicidaires oseraient y passer… Papi Taupe nous conseilla de bien réfléchir…, encore une ruse de l’Ennemi..., tandis que Zhor, un chef humain du Lotus Rouge, bien habillé, avec des bottes et des gants, et portant bracelet et chainette, demanda à son Commandeur si ils allaient bien à l’Ouest…

Le Chevalier de Malte, un nain tempêtueux, restait en arrière, avec Syrene in love…, il fut le premier à déclamer sa prose… Kaïo hésita à rester sur la plage pour tout entendre, ou à suivre les troupes au combat…, mais comme Syrene in love suivait doucement le gros de la troupe qui se déplaçait finalement vers l’Ouest, il put avancer en donnant ses ordres, tout en continuant à écouter les déclamations de ses admirateurs…

Ils furent plusieurs à s’essayer à l’exercice, notamment Gauvain, Stragen, Raymonden, Einläe et Boursicotteur, entre autres… Personnellement, j’aimais bien la chanson et le refrain d’Einläe, une ritournelle sur le thème des chaussettes de Kaïo qui fouettent…, qui fouettent…, mais vraiment trop… J’ai trouvé ça tellement criant de vérité…, surtout quand Syrene in love a pris la défense du Commandeur, en disant qu’il a l’odeur de la marée basse longuement réchauffée par un chaud soleil d’été, parfumée des effluves des crustacés sèchant au soleil…

Certains décidèrent d’aller vers le Nord, mais n’ayant pas été par là, il m’est impossible de relater leurs récits…, puissions-nous les retrouver vivants plus loin… Il me semble que John Sparrow est parti avec eux…

Certains de ceux qui partirent vers l’Ouest ont mis des bouchons de cire dans leurs oreilles pour ne pas se laisser berner par les chants des syrènes, ce qui nous a permis de ne pas tomber totalement dans l’embuscade préparée par les Mouettes-Vampires, guidées par la Syrene Valkirie et aidées par des Vampires et des Barons Sengir, soutenus par des troupes de Crabes d’élite… Nous marchions sur une sorte de plage avec quelques rochers et les troupes ennemies surgirent de l’eau ou de derrière les rochers, à un endroit qui se rétrécissait et empêchait nos mouvements…, mais grâce au sang-froid de nos combattants avec des oreilles pleines de cire, qui ont pu installer une ligne de défense, le combat a tourné à notre avantage…

Subutaï, un nain avec une grosse masse, qui portait un pendentif énorme, probablement une sorte de talisman, fut celui qui acheva le Démon ennemi, la Syrene Valkirie qui voulait se venger de nous, car elle avait dû battre en retraite auparavant.

Après avoir éliminé la menace à l’entrée du quatrième îlot, Kaïo vit que Syrene in love était blessée, il demanda à son soigneur personnel de s’en occuper…, peut-être était-il tombé sous le charme de Syrene in love…, ou peut-être voulut-il seulement savoir le résultat du concours…
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 12 mars 2020 06:11

Chronique elfique d’Esquilin (Partie 5)

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »


Devant prendre un peu de repos après quelques soins, Syrene in love accepta Spike, le dernier participant à son concours… Et finalement, tard dans la nuit, avant de s’endormir, elle désigna les vainqueurs… Einläe, première…, Boursicotteur, deuxième…, Ouviele et Spike furent aussi récompensés et reçurent de nombreux bisous tout mouillés, ainsi que les autres participants, car tout ceci avait bien diverti Syrene in love, qui avait trouvé que c’était très drôle…

Après une nuit de repos bien salvatrice, les aventuriers reprirent leur chemin, il y avait bien quelques sables mouvants qui nous faisaient perdre du temps, mais c’étaient surtout les Suprêmes Corayas qui étaient difficiles à gérer…, on essayait de les projeter sur l’ennemi pour qu’ils explosent chez eux car les éclats extrêmement coupants nous blessaient et nous empoisonnaient…, mais le temps de les prendre, ils explosaient quand même sur nous… Plusieurs techniques de projection furent utilisées, certaines efficaces, d’autres maladroites…, mais peu importe, le but était qu’ils devaient être projetés très loin…, et certains en profitèrent donc pour s’entraîner à l’arc…, ce qui fit bien rire les archers qui se vidèrent l’esprit de la pensée de la Sorcière…

Les ennemis nous assaillaient de partout, sans relâche…, et quand nous avancions, ce n’était que pour quelques pas seulement…, la plage était très longue…, des nouveaux ennemis prirent position devant nous, comme une Plante Dévoreuse et des Golems de Galets…, en plus de toute la panoplie de monstres habituels…, mais grâce au sang-froid de nos combattants, nous avons pris le dessus… La Plante Dévoreuse n’a pas eu le temps de nous faire du mal, certains bûcherons l’avaient débitées en petits fagots qui nous ont tenus au chaud quand ils étaient jetés dans nos feux de camps.

Arrivés au bout de l’île de l’Ouest, des sons de gros coquillages transformés en cors, ou plutôt en trompes, se firent entendre.. C’étaient Derel, un humain ganté et botté avec des baguettes accrochées dans son dos, qui communiquait avec Gwenilin, une traqueuse elfe, avec une armure écailleuse et des baguettes accrochées aussi dans le dos, et c’est ainsi que les combattants de l’Ouest et ceux du Nord se réunirent devant un mur semblant infranchissable…

C’est à ce moment que les deux compagnies purent se retrouver et raconter leur périple à l’autre groupe, et c’est ainsi qu’on apprit que sur l’île du Nord, il n’y aurait eu que quelques escarmouches avec quelques monstres, et qu’ils ont donc vite avancés…, sauf qu’ils marchaient quand même lentement, de peur d’une embuscade…, mais pas du tout…, celà a dû être une promenade de santé pour eux… On apprit aussi que Sunfire aurait vu dans le brouillard, au loin, au Nord-Est, la proue d’un bateau. Il s’agissait peut-être du Perle Noire de John. Bricogne aurait fait un dessin sur une carapace de crabe pour immortaliser la scène.

Mais c’est aussi à ce moment qu’on apprit une chose intrigante de la part de Boroak Grande Hache, qui était bien dans le groupe du Nord, il s’était interrogé quelques jours auparavant pendant un bivouac sur ceux qui étaient partis à l’Ouest, tout en sachant que John n’était pas avec eux, le groupe du Nord…, mais John Sparrow n’était pas non plus avec le groupe de l’Ouest… ! Où était-il allé pendant son absence, ou ses absences ? Certains commencèrent à douter de lui, surtout Viminal, mais chacun garda ses pensées secrêtes…, nul besoin de l’alerter, mais soyons sur nos gardes… !

Papi Taupe creusa un passage dans le mur, quelques-uns trop aventureux comme l’elfe Glorfindel, le nain Stragen et Guylhem de Puylaurens s’engouffrèrent les premiers dans le tunnel, et c’est à l’autre bout qu’on découvrit le spectacle…, des divisions entières d’ennemis, des Corayas, des Crabes, des Syrènes, des Ougas, des troupes disposées par centaines, que dis-je, des milliers même…, une Plante plus imposante que celle d’avant, et un Fétichiste vaudou… Le trio tomba dans une embuscade, ils furent rapidement encerclés par des Crabes et une Syrène… John Sparrow était resté en arrière… Le temps de nous regrouper et nous fîmes irruption sur la sixième île, l’ennemi était très bien disposé, leurs défenses tenaient bons, les combats durèrent longtemps… Finalement, le trio insensé fut sauvé de justesse, les lanciers prirent position dans la place, les archers tirèrent des dizaines de flêches et l’ennemi dût reculer…

Les flots commencèrent à s’agiter, le vent aussi, la tempête, la marée haute, les plages disparaissaient sous l’eau, il ne restait que quelques îlots et rochers qui dépassaient hors de l’eau, des voix plaintives et lointaines mais incompréhensibles se déplaçaient dans le vent de plus en plus fort, le tonnerre craqua…, la sixième île était plus haute que les précédentes, on souffla un peu…, la pluie tomba plus fort, et pas d’abri… Combattre pendant un orage est dangereux, n’importe quelle arme métallique peut devenir un paratonnerre…, certains utilisèrent des masses en bois au lieu de leur épée, et la plupart durent enlever leurs armures métalliques… Les mages étaient hilares en voyant leurs amis se battre dans leur plus simple appareil… L’ennemi reculait encore, leurs pertes étaient énormes, certains de nos guerriers, n’ayant pas d’arme en bois, utilisaient leurs boucliers pour frapper les Crabes, qui étaient écrasés avec un bruit de coquilles de noix cassées…, certains plantèrent leurs dagues dans les Syrènes et les Ougas, espérant que la foudre ferait le reste… On avançait quand même, et l’eau montait toujours, réduisant notre espace…, bientôt la tempête cessera et cette île sera à nous…, espérait-on…
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 13 mars 2020 08:55

Chronique elfique d’Esquilin (Partie 6)

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »


L’ennemi de la sixième île fût finalement vaincu, même si quelques-uns fuirent vers l’Est pour se regrouper…, la tempête commença à se calmer, et l’eau commença à se retirer…, mais la chaleur s’intensifia et chacun pouvait ressentir une sombre présence les observer…, l’île semblait à nouveau rassembler ses forces pour mener les explorateurs à leur perte..., le vent semblait charrier une voix très lointaine, et indéfinissable…

Au camp de regroupement, on pensa nos plaies, on récupéra des flêches sur les corps gîsant sur le sable, on mangea du crabe cuit dans des chaudrons, on désigna quelques sentinelles, et la plupart ont été dormir…, enfin, une nuit de sommeil bien méritée…

Un groupe s’était mis un peu à l’écart, comme toujours, car les aventuriers n’étaient pas rassurés d’être en présence de Vampires, bien que quelques-uns aimaient leur compagnie car leur rapidité, leur agilité et leurs actions au combat n’étaient pas négligeables… Viminal, se méfiant toujours des artifices de tout le monde, s’était un peu approché pour entendre la conversation… Il y avait un grand Vampire, Ulrich Asturia, il aiguisait son épée très impressionnante, une Flamberge irascible comme il l’appelait, mais il n’a pas expliqué pourquoi…, et il transportait une relique, une sombre histoire d’héritage, mais pour le commun des mortels, c’est sans intérêt…, il parlait avec Âme d’Alicia, une femme archère redoutable à l’arc, qui était impressionnée par lui…, probablement la future à recevoir une morsure…, entre autres personnes…, ils parlèrent tout bas d’histoires de vampires pour ne pas effrayer le gros de la troupe…, et Viminal se rendit compte aussi qu’ils parlaient du devenir des compagnons d’ici, qui n’en sont pas vraiment par ailleurs, quand on retournera dans le Marais…, ça fait froid dans le dos…

Le scribe-comptable a noté que nous étions exactement 175 explorateurs, en comptant John bien sûr, mais fallait-il le compter…

Le lendemain matin, une journée bien ensoleillée, sans nuage et sans brouillard, on voyait très loin à l’horizon, John pointa son sabre en direction du Nord-Est et on a remarqué, avec stupéfaction, un immense monument dont le sommet, en forme de pointe, semblait fait d’or massif..., nous étions admiratifs devant cette pointe qui brillait de mille feux, maintenant que le soleil luisait de toute sa puissance…, mais ce n’était pas tout près, il nous restait du chemin avant d’atteindre ce lieu…

La troupe se remit en marche, des rochers se trouvaient devant nous, mais John trouva un petit passage, juste assez pour passer entre les rochers…, et malheureusement, il dit que les Nains devaient rentrer le ventre pour passer…, mal lui en prit, car les quelques Nains autour de lui commencèrent à ronchonner…

Boroak Grande Hache dit que c’étaient des abdominaux fortement développés par la bière et les combats…, Spike dit qu’il devait être jaloux de leurs estomacs élastiques capables de mixer des litres de bières et des kilos de barbaque sans la moindre hésitation…, Stragen trouva que c’était un peu injurieux, qu’il aurait pu dire à la rigueur de soulever la barbe, ou lever la hache…

John marqua un arrêt en entendant les réactions des nains, il semblait un peu gêné, mais ajouta quand même que à cause de leur embonpoint…, certainement très utile pour avoir de la force dans les combats, ou les travaux de la mine…, ils devaient essayer de retenir leur souffle en passant entre les rochers…

Les Nains présents ont commencé à se fâcher et à s’exprimer très vivement, en langue naine…, toutes sortes d’insultes ont fusé…, la décence m’interdit de traduire ce vocabulaire pourtant très riche…, certains ont commencé à sortir leur arme…, en passant par le passage et ont finalement trouvé que c’était plus facile pour traverser ces rochers…

Arrivée sur la septième île, la troupe s’est naturellement déplacée sur le banc de sable du milieu qui suivait logiquement le passage par les rochers…, beaucoup d’Ougas nous attendaient…, ils nous canardaient de chaque côté, on était à découvert…, ceux qui n’avaient pas de boucliers, ont découpé des carcasses de crabe pour en fabriquer un…, plus loin, des crabes défendaient les positions en hauteur sur les remparts qui nous barraient le chemin…

Les cartographes commencèrent à comprendre les allusions avec Eustache, les trompes, et surtout, le marteau et l’enclume…, ils devinèrent maintenant facilement qu’on était ENTRE le marteau et l’enclume…, mais ils n’en dirent rien, car ils ne voulaient pas affoler la troupe…

Les mineurs se mirent au travail, les remparts étaient fabriqués avec des pierres friables, un trou fut creusé assez rapidement…, mais la situation était tendue, on sentait qu’on allait probablement tomber dans un piège ou dans une embuscade, John avait l’impression que la suite était un vrai traquenard…
Guylhem
Habitué
Messages : 186
Inscription : 24 janv. 2017 13:05

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Guylhem » 13 mars 2020 22:29

... Vampires... l'esprit embrumé de Stragen considérait à distance le couple formé par celui que l'on appelait le vampire avec la jeune fille, qui avait une "âme"... qu'était-il? il ne lui semblait pas avoir de point commun avec ce qui, lui, l'habitait... pas de réponse... comment savoir sans trahir... pouvait-il s'avancer et peut-être demander...? NON! une force immense l'écrasait, impossible de bouger. Il y avait comme une odeur de vengeance... un courant de violence implacable... il aurait voulu savoir... mais avait-il encore la force mentale pour se rebeller contre cette Puissance? Que voulait-elle? Que cherchait-elle?... et ce regard qui le transperçait... la douleur est permanente... Et il s'effondra dans une torpeur sans rêve, épuisé.
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 25 mars 2020 13:25

Chronique elfique d’Esquilin (Partie 7)

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »


Après avoir franchi le rempart, les derniers défenseurs tombèrent comme des mouches, et on s’est retrouvé sur un très long banc de sable à marée basse…, qu’il fallait franchir très vite avant la marée haute, pour arriver sur l’île au monument… On a couru à faire pâlir d’envie les coureurs les plus rapides de la Grêce Antique, mais on y est arrivé…

Le monument était une sorte de pyramide entourée par une enceinte infranchissable, beaucoup trop haute…, alors on a préparé des feux de camp, on est resté là toute la nuit en s’interrogeant sur la manière d’y entrer…

Un peu plus loin, le navire de John était ancré dans la lagune, mais impossible d’y aller en barque, on voyait des tentacules de monstres énormes dans l’eau, jamais personne n’oserait s’aventurer dans ces eaux…

Alors, John observa la situation avec sa longue-vue et constata que ses pirates et son infâme second, Mouchou, s’étaient retournés contre lui…, ils avaient déchargé une partie du trésor de son bateau et escaladaient la pyramide… John demanda notre aide, en se lamentant sur la situation, en se demandant pourquoi…, il est vrai que John se réservait 90 % du trésor et n’en laissait que 10 % à partager entre tout son équipage…, il trouvait cela juste, c’était normal pour lui, puisqu’il est le capitaine…, la plupart d’entre nous étaient d’accord avec lui, et voulaient rétablir la situation à son avantage…, tandis que quelques menus intellectuels d’entre nous, dont nous tairons les noms dans leur propre intérêt…, s’offusquaient de cet état de fait…, mais ils se rallièrent quand même à la majorité quand ils comprirent qu’ils pouvaient revendiquer une part de ces 10 %... Kaïo se rappella quand même quelques paroles de sa Syrene in love…, il savait que John mentait, à moitié, en permanence et qu’il fallait s’en méfier, et il pensa qu’on pouvait toujours partager les 10 %..., en plus des autres 90 %..., entre lui et les aventuriers, et il songea déjà…

Mais…, soudainement…, dans un bruit de tonnerre apocalyptique et par une force mystérieuse…, ou peut-être que c’était la Sorcière…, deux portails apparurent…, un vers la pyramide, et l’autre vers le navire… Cela ne nous étonnait plus, nous avions l’habitude… Deux groupes se formèrent rapidement, l’un voulant rattraper Mouchou et lui chiper son trésor…, euh, lui demander sa version des faits…, tandis que l’autre voulait embarquer avec John pour fouill…, euh, reprendre le galion…

John, toujours avec sa longue-vue, regarda la voilure de son navire qui bougeait étrangement alors qu’il n’y avait pas de vent à ce moment, il allait dire qu’il y avait quelque chose de bizarre et d’énorme accroché au grand-mât, derrière la voilure, et qui montait vers la hune en s’accrochant aux haubans avec d’énormes tentacules…, mais il préféra laisser passer les aventuriers d’abord…

Esquilin, voulant suivre Caelius et Viminal, a été bousculé par le Gros de la troupe…, cette fois, j’ose le dire… et est parti malencontreusement par l’autre portail, vers la pyramide… Avec ses nouveaux compagnons, il s’est retrouvé face à des pirates armés d’arcs, à des pirates costauds qui les attendaient avec des sabres, ou à mains nues…, et à des fantômes qui se sont avérés être les habitants de ces îles qui ont été massacrés par les pirates. Il y avait même le fantôme d’un prêtre Raràmuri qui nous surveillait avec des yeux improbables et impénétrables, et que nous ne pouvions pas déplacer ou faire disparaître, nos armes passaient au travers et c’est tout…, d’ailleurs, en quittant plus tard cet endroit, il nous surveillait toujours sans rien dire… Il aurait peut-être communiqué par télépathie avec Glorfindel, Mirriyam, Ganael et Guylhem de Puylaurens en leur faisant comprendre que les fantômes n’étaient que des habitants de ces îles, tués par les pirates et obligés de se battre avec eux par un sortilège inconnu… Guylhem de Puylaurens pensa plutôt à un rituel qui aurait mal tourné et qui aurait fait venir ici des horreurs venant des plans les plus infernaux… Quelques prêtres ont essayé de prier pour lui, en vain… Mais le futur nous en a dit quand même un peu plus…, Sombre présage, une fée maléfique, jeune succube d’un tempérament de feu, nous a raconté que le prêtre Raràmuri s’était enfermé dans une sorte de transe mystique et qu’il suppliait son Dieu Yum de venir punir les impudents… Difficile à dire si sa prière a eu le moindre effet, mais si tel était le cas, cela explique la présence des deux Cthulhus…

Viminal et Caelius, quant à eux, se retrouvèrent à la proue du bâteau, avec John en retrait…, plusieurs corayas très explosifs, des mouettes, et des tentacules de Cthulhu massives avaient pris position du pont. Viminal et Caelius durent reculer pour laisser les archers faire un massacre…, cela n’avait pas traîné, le pont fut libéré…

Kaoum, un elfe avec une magnifique besace désigna la cale, Viminal s’y engagea aussi avec plusieurs guerriers, mais des golems, un baron sengir et un vampire sengir nous y attendaient…, le combat n’a pas duré longtemps…, la cale fut fouillée de fond en comble, mais rien…, il ne leur restait plus qu’à rejoindre les autres sur le pont, qui, eux, fouillaient la cabine du capitaine, mais rien non plus…

En grimpant sur la paroi Sud de la pyramide, Mouchou, un guerrier pirate et maître d’armes, semblait être un géant avec une arme magique, mais c’était surtout un psychopathe mégalomane, complètement imprévisible et arrogant…, qui nous prenait pour un troupeau de baltringues ventripotents en nous invectivant, et il voulait que ses pirates nous défoncent… Boroak fut furieux d’être encore insulté et enfonça sa hache dans les boyaux d’un des pirates, en disant qu’il poussait les voiles un peu trop fort… Les railleries fusèrent de part et d’autre, la décence m’interdit encore de relater ces faits d’une violence inouïe… Un peu plus tard, les guerriers ont éliminé tous les sbires du renégat, et donc, Mouchou, le second infâme, s’est retrouvé seul contre Tous…

L’arcane 1 fut d’abord tuée par Aika, un elfe qui pue l’os brûlé…, Glorfindel aurait ramassé une épée redoutable, Excalibur Junior, et une plate complète… Mais c’est là qu’on n’a rien compris, car Mouchou se transforma en Arcane 2 de l’arbalétrier, grâce à un mouchoir magique, et il fut de suite tué par Sereniel, une très belle elfe avec une armure robuste… Raymonden aurait ramassé l’arbalète gravée de runes et une cotte de maille renforcée… Et ensuite, Mouchou se transforma en arcane 3 de la voie du mage, et il fut finalement tué avec un sort de projectiles par Penelope, une elfe qui se promène avec une robe de bal outragée par la guerre. Esquilin a ramassé le bâton lourd, qui s’est avéré sans intérêt, et Penelope a ramassé 196.000 brouzoufs, à la troisième et dernière mort de l’arcaniste… Le partage se fera plus tard, il était temps de rejoindre les compagnons qui combattaient déjà sur le navire… Ils les rejoignirent un peu plus tard après avoir franchi un portail magique qui est apparu en bas de la pyramide … Le pont fut libéré totalement des tentacules qui essayaient de monter à bord, même Papi Taupe a combattu, nombre d’entre nous étaient heureux de ne pas avoir laissé monter les monstres à bord…

Soudain, une Syrène Béhémoth sauta sur le pont du navire, elle voulait venger sa fille, mais elle sera tuée d’un trait par Tristan do’urden, un sniper à l’arbalète qui n’a même pas peur des balrogs…

John était à présent près du grand-mât, il regardait les voiles, en hauteur, avec Mélusine, une elfe avec un magnifique casque… Et on l’a vit… Une créature légendaire et gigantesque, elle était tapie derrière la grand’voile, avec des tentacules et une relique, l’œil de sepioida…, Sniper-ric, une elfe forestière, traqueuse et redoutable à distance, aurait été la première à lui envoyer un sort.

Le Cthulhu massif était tout en haut du grand mât, il débordait de la hune… De son poste de vigie, il avait attrapé plusieurs d’entre nous qui furents asphyxiés par les tentacules, mais ils ont pu s’en sortir, de justesse, grâce au sang-froid des aventuriers qui grimpèrent à la grand’voile, au grand mât ou aux haubans pour en découdre avec cette créature…

Pendant ce temps, un autre Cthulhu, une créature cauchemardesque, aussi grande qu’un Kraken, monta sur la poupe du navire…, il était peut-être plus petit que l’autre, mais les guerriers qui étaient restés sur le pont, le voyaient de plus près... De plus, le bateau a commencé à tanguer dangereusement, preuve que quelque chose d’inhabituel se passait…, plusieurs grimpeurs furent projetés dans l’eau, on ne les a plus jamais revus…

Les combats faisaient rage, toute la force de frappe s’abattait sur les deux Cthulhus, des flèches, des dagues, des javelots, des coups d’épées, ou d’armes de toutes sortes et même improbables, comme des tonneaux, des torches, des tabourets ou des bouteilles de rhum vides, et des sorts de toutes allégeances déiques, voire même des implosions, des distorsions et des conjurations, les affaiblissaient…, les ennemis, quant à eux, balayaient devant eux, avec leurs innombrables tentacules, broyant, déchiquetant, projetant nos amis très loin…, quelquefois en éternuant, certainement un effet secondaire de la conjuration…

Ce soir, profitant du crépuscule et de l’obscurité, nous décidâmes de lancer toutes nos forces dans la bataille, il fallait en finir…
Avatar de l’utilisateur
Phenix
Gros bill du forum
Messages : 1509
Inscription : 14 nov. 2017 19:06
Contact :

Re: Aventures exotiques (50+) [Défi de Léno 2020 - 1491]

Message par Phenix » 02 avr. 2020 12:01

Chronique elfique d’Esquilin (Partie 8)

Suite de la Chronique elfique d’Esquilin,
an de grâce 1491,
« Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »


Les derniers combats ont commencé au crépuscule du 25 mars, vers 19h00…, je laisse les ménestrels et les troubadours comme Zoria ou Dwarfdarf, par exemple, raconter les épiques combats que nous avons vécus, de nombreux chants relatent encore ces faits…, et j’en viendrais donc à l’essentiel pour leur laisser la possibilité de s’exprimer par leurs chansons et leurs histoires…

Après 9 heures de combats acharnés, Sephira, une elfe, avec une aura ardente telle un phénix, a tué le Cthulhu Massif à l’aube du matin du 26 mars, à l’aide d’un sortilège ancien sorti de son diadème flamboyant…, le cadavre a coulé à pic au fond de la lagune…

Un peu avant sa mort, tout en coupant ses tentacules, on a retrouvé des enfants perdus, il s’agissait de Léanna et de Lillith… Einläe et Carole, deux membres de nos compagnons ont de suite pris leurs défenses, cela faisait partie de leur Vécu et surtout, Léanna est la fille de Lillith et de Carole, toutes trois ayant du sang elfe et du sang succube…

En fait, une syrène nommée Bélial aurait enlevé Lillith et Carole…, cette syrène mâle voulait un enfant de Lillith, qui était très belle, mais elle n’était pas fécondable, donc les terribles chirurgiens maritimes ont pris un ovule de Carole et l’ont replacé dans Lillith qui a pu enfanter Léanna, après avoir reçu la semence de Bélial…

Bref, certains décidèrent de protéger les enfants, mais la plupart les frappaient quand même, sachant que ce n’étaient que des illusions et que c’étaient toujours des tentacules…, d’autres ont aussi pensé que le Cthulhu massif était Bélial, le démon fourbe, mais cela aussi n’était qu’une illusion de l'Île…

A la mort du Cthulhu Massif, Léanna et Lillith hurlèrent de douleur, des cris stridents envahirent l’air devenu flou, les silhouettes se déformèrent de succubes en krakens avec tentacules… Il fallait se rendre à l’évidence, ce n’étaient que des illusions…

Pendant ce temps, l’autre Cthulhu essayait de fuir avant de mourir…, mais il est finalement tué, par sort grâce à son bracelet magique, par Zurina, une elfe rousse, toute habillée de rouge, dans l’après-midi du 26 mars…

Au crépuscule du 26 mars, la kraken Lillith fut tuée par flèche, tirée avec un arc sauvage, par Vir, un humain, grand chasseur de trésor…

A l’aube du 27 mars, la kraken Léanna fut tuée par sort par Floyd, un elfe qui aime échanger des runes…

Elenaelle, une elfe (qui aurait fait partie d’un groupe qui aurait assassiné la Sorcière de Léno en 1486, et qui pourrait donc nous être utile…), essaie de percevoir une parcelle de l’âme pure de Léanna pour s’y accrocher et lancer le plus puissant des rituels de guérrisseuse qu’elle connaissait… Et Kaoum, qui avait perdu sa patte de taupe porte-bonheur, versa aussi trois larmes de licorne sur la dépouille…, mais en vain…

Quelques heures plus tard, ce 27 mars, un dernier tentacule d’un Cthulhu Antivirus, qui s’était invité dans la danse, fut tué par sort, par Mirriyam, une elfe, portant un pendentif de longévité…

Il avait fallu deux nuits et presque deux jours, donc environ 39 heures, pour finir tous ces combats…, les aventuriers étaient exténués, ils se laissèrent tomber sur le pont, les nuages sombres disparurent et tout devint plus calme…

A leur mort, Tous les ennemis sont tombés dans l’eau de la lagune…, et si il y a eu des trésors à ramasser, je n’en ai rien su à ce moment… Certains auraient laisser tomber des coffres ou des prismes…, mais j’ai simplement pensé qu’ils étaient tombés à l’eau…, ou qu’ils avaient été ramassés par des voleurs ninjas aussi rapides que l’éclair…

En fait, après enquête auprès des scribes intellectuels qui notent tout, 4 coffres et 2 prismes furent trouvés à la mort des derniers ennemis :

- un Coffre de chêne au cerclage laiton, ouvert par le Familier de Lyma, une elfe,
- un Coffre de châtaignier au décor or, ouvert par Bruenor, un elfe,
- un Prisme de diamant aux vapeurs de selmoniac, ouvert par Zhor, un homme,
- un Prisme d’améthyste aux vapeurs de soufre noir, ouvert par Einlae, une elfe,
- un Coffre de chêne au cerclage laiton, ouvert en 1 minute par Zarkov, un nain,
- un Coffre d’acacia au décor bronze, ouvert aussi en 1 minute par Zarkov, un nain.

Les mécanismes de fermeture ont donc été forcés par les 5 pré-cités, mais rien n’indique si ce sont eux qui ont pris quelque chose dans les coffres…, ou quelqu’un d’autre…, ou si tout est tombé à l’eau…

Seul Zhor a avoué, à son retour dans une auberge des Halles merveilleuses…, probablement avait-il trop bu…, avoir trouvé un marteau démesuré et un pilum de cavalerie, mais personne ne l’a jamais cru…

John essayait encore de marchander les services des combattants, mais il dût se rendre à l’évidence, il ne pouvait plus rien revendiquer depuis qu’il était tout seul contre Tous…, surtout qu’il était toujours en retrait, il attendait, il se reposait ou il buvait…, même Papi Taupe avait été plus combattif… Einläe dit même que, sans son aide, nous avions débarrassé son navire des divers démons…, et elle veut qu’il nous parle du trésor à présent, le fameux trésor qui nous revenait à 100 %...

C’est à ce moment que le fantôme du prêtre Raràmuri nous a rejoint sur le bateau, attiré par les puissantes énergies magiques qui se sont libérées à cet endroit… Il nous a remercié pour nos prières, puis nous a parlé de son Dieu Yum-Amunothep, qui n’était finalement pas un Dieu, ce n’était qu’une puissance oubliée qui a abusé de ses pouvoirs pour jouer avec les peuples qui s’étaient installés ici. Il s’est fait vénérer, puis a tué une à une les civilisations qui habitaient ici quand il en était lassé. C’était lui qui avait transformé cet endroit paradisiaque en endroit magique et changeant. L’île était devenue vivante, l’expression de son pouvoir magique. Au final, Yum l’a pervertie en profondeur. Il faudra des années pour que l’île retrouve sa pureté originelle. Le prêtre déposa sur le pont, pour nous remercier, la corne d’abondance, leur trésor le plus précieux qui permit à leur peuple de ne jamais manquer de quoi que ce soit, ils n’en avaient plus besoin et les fantômes disparurent, ils retrouvèrent la paix…, et la Sorcière semblait avoir disparu pour toujours… Tsongor et Boroak prièrent une dernière fois Balgur…, et il paraît qu’un passage serait disponible depuis le -6 pour retourner sur cette île…

J’ajouterais ici, mais probablement que ce n’est qu’une légende, que Dwarfdarf aurait trouvé au milieu des morceaux de tentacules, une belle pierre bleue, veinée de vert et fendue d’une petite ligne noire, telle un iris pour un œil. Il s’en empara, le bijou était froid au toucher, mais une certaine chaleur se répandit dans son esprit, il songea à un palantir, il savait que les pierres de vision et de clairvoyance existaient, mais il savait aussi que c’était trop petit pour être un palantir, il ne voyait pas aussi loin dans l’espace et dans le temps, mais c’était devenu son trésor, qui commençait à avoir une emprise sur lui…, était-ce l’œil de sepioida ?…, était-ce une machination de la Sorcière ?… Personne n’a pu corroborer ces faits…

John n’en revenait pas, après la disparition des fantômes et l’apparition de la corne d’abondance, il prit contenance et commença à s’exprimer..., il commença par nous remercier pour toutes ces aventures et rebondissements, la vaillance des héros, les luttes contre ses propres pirates, les civilisations disparues, les monstres abattus, la retrouvaille du Perle Noire assailli par deux Cthulhus au moins, une véritable guerre, la disparition de l’emprise de l'Île, la découverte du trésor…

Le Commandeur Kaïo, observant John d’un œil suspicieux, envoya le mage Véga ramasser l’énorme coquillage. Cétait une relique, en forme de corne d’abondance qui fournissait en permanence ce dont on avait besoin, nourritures et boissons, de très bonnes qualités, pour nous permettre de régénérer rapidement si nous étions blessés…, et probablement que quelqu’un a émis le souhait de recevoir de nouveaux habits ou équipements, certainement une guerrière qui n’avait plus rien à se mettre…, car nous avons reçu des bottes, des gants, des heaumes, et des armures et des casques pour les familiers en quantité impressionnante…

Comprenant qu’il ne pouvait plus rien revendiquer, John invoqua un portail pour nous permettre de rentrer chez nous, et il se replia dans sa cabine, avec ses deux bouteilles de rhum toujours pleines, après avoir été dire « au revoir » à tous les aventuriers sur le bateau ou sur la plage… Chacun a eu l’occasion de remercier John Sparrow pour cette magnifique aventure et a promis de revenir visiter ces îles plus tard à l’occasion…

Ainsi se termine la Chronique elfique d’Esquilin (en 8 parties au total),
an de grâce 1491, « Par-delà les mers, voyage vers un inconnu… »

[HRP : pour remercier Esquilin de son effort je lui décerne un titre de conteur et un objet RP "Plume d'écrivain"]
Répondre