La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Réservé aux puristes...
Répondre
Avatar de l’utilisateur
beb
Pilier
Messages : 368
Inscription : 11 avr. 2010 18:14
Localisation : réunion

La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par beb » 11 sept. 2019 21:39

Des jours et des jours que le groupe errait dans cet enfer de souffre et de boue. Se frayant un passage entre les corps des démons qui s acharnaient sur la troupe. Sans relâche ces êtres clairement depourvus d intelligence, se dirigeaient vers une mort inevitable. Alors que certains de la troupe se demandaient encore si âme vacait dans ces souterrains, il fit un pas de pataud et simultanément au bruit de ce flop dans la boue, une ombre eructa de derrière un mur.
A première vue un pas de trop, mettant à découvert les chasseurs... et alertant les aventuriers à l autre bout de ce détour.

S entama alors une course folle ...
beb le nain pas le cochon !!
Avatar de l’utilisateur
Morgenese
Dieu du forum
Messages : 2259
Inscription : 30 janv. 2005 12:10

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par Morgenese » 15 sept. 2019 00:16

Les monstres déferlaient et submergeaient le trio du Vol des Dragons qui ne pouvait plus réussir à les contenir. Un démon plus hardi que les autres s'approcha et transperça de son trident le pauvre Tairuel. Il finit par lancer le corps sans vie de l'aventurier aux pieds de ses compagnons, poussant un effroyable cri de défi. Baenela restait paralysée, les yeux plongés dans ceux de son protégé, déjà voilés par la mort. Endwean la prit par le bras, la secoua avant de la pousser dans la direction opposée
- " Il faut fuir, maintenant ! " cria-t-il en joignant le geste à la parole
Les larmes jaillirent des yeux de Baenela, mais celle-ci parvint à suivre sans perdre de temps. La magie leur donnait un avantage considérable lorsqu'il s'agissait de se déplacer plus rapidement que les engeances de Malkiar, aussi se mirent-ils rapidement à l'abri. Hors d'atteinte, Baenela tomba dans les bras d'Endwean en sanglot
- " Mon dieu, nous n'avons pas su le protéger, tout cela est de ma faute...
- Allons, ne dis pas de bêtises, nous all... "

Endwean s'arrêta net et devint blême. Il avait discerné une silhouette au loin, une aura malsaine certainement pire que les démons qu'ils fuyaient. Les projectiles magiques le percutèrent presque aussitôt.

"- Baenela, couuurt ! " cria-t-il

Les deux compagnons assistés de leur familiers partirent dans une course effrénée. Des portails apparurent sur leur route, leurs chasseurs en sortant tels des apparitions fantomatiques. Des coups de glaive fusèrent, blessant Endwean qui perdit un peu de terrain sur Baenela. Elle regarda par dessus son épaule, paniquée. Leur élan fut définitivement coupé par la magie contraire de leurs assaillants et tous deux se retrouvèrent cernés.

Un dernier regard, un dernier mot sur les lèvres d'Endwean que seule Baenela pouvait comprendre... Elle ferma les yeux poussant un soupir, attendant son triste sort.
Tempête
Pilier
Messages : 389
Inscription : 05 janv. 2012 08:24

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par Tempête » 17 sept. 2019 22:23

Comme elle avait enflé en apercevant les aventuriers, ainsi qu’elle les avait conduites à se frayer un chemin sanglant dans les rangs des démons depuis leur arrivée à cet étage, la rage qui s’était emparée des deux mages retomba [Dame du Temple et Sereniel - Lotus Rouge - Détachement Tempête]

Dame du Temple et Sereniel échangèrent un regard profond et sans ambiguïté. Tournant la tête, elles lurent l’approbation de leur Commandeur. Sans un mot, le Chevalier de Malte leva la main et à ses côtés les chevaux du Détachement Tempête s’immobilisèrent. Malte sourit à Celivare, jadis apprenti, aujourd’hui pair et frère par le sang versé, qui avait anticipé son geste.

Tous les yeux se tournèrent alors vers les proies d’hier, mage et archer. La main de Sereniel, qui se tenait prête à frapper, se baissa et elle cessa le combat. A quelque distance, la bannière du Détachement claqua dans l’air, semblant saluer les deux aventuriers.

Qui sait ce qui avait pu se passer dans l’esprit de cet étrange groupe de paladins ?
________________
Fallen
La decision fut rapidement prise, Fallen et ses compagnons savaient que c était la bonne chose à faire. S identifiant à leur proie, peut être pour la première fois de cette vie, les dragons avaient su toucher de leur coeur avec leur âme. Ou était ce juste cette sensibilité perdue, car ils n étaient pas réputés pour leur clémence.

Enfin, les incantations cessaient le tumulte de cette course folle prenait un tournant placide. Regardant Baenela une dernière fois tel un miroir qui reflétait le " bon" qu elle avait jadis entretenu, Fallen regarda autour d elle et n avait même pas remarqué qu ils étaient dans un champ de runes... la soif de sang laissant place à une sensatiôn de plénitude.
Il ne manquait que le vent dans ses cheveux ...
" Ah pas de vent ... encore de la boue... Sereniel attends nous on remonte "
________________
Baenela
Alors qu’elle avait fermé les yeux, attendant son triste sort, Baenela sentit soudain les flux réconfortants de la guérison. Abasourdie, elle se demanda si des bienfaiteurs avaient surgi de nulle part pour lui venir en aide, mais lorsqu’elle ouvrit à nouveau les yeux elle constata qu’il n’en était rien. Pour une raison qu’elle ignorait, ses assaillants avaient décidé de lui laisser la vie : les épées étaient tombées, les flux magiques étaient devenus bienveillants. Un regard vers les yeux écarquillés d’Endwean confirma que celui-ci était au moins aussi éberlué qu’elle.

Un sentiment de soulagement, puis de joie submergea son coeur qui battait à tout rompre. Les idées défilèrent dans sa tête à toute vitesse, elle voulu s’adresser au groupe qui les avait pourchassé. Sa voix tremblait d’émotion

" Mesdames, Messires, aujourd’hui votre clémence est un rayon de soleil qui éclaire la noirceur des souterrains. Je vois la bonté en vous, malgré les airs que vous pouvez vous donner. Je vous en prie, aidez nous à combattre les vrais engeances du mal ! Mon ami Tairuel est tombé sous leurs coups et se retrouve coincé seul à l’autel de l’Ankou. La région est infesté de cette vermine, et je suis sûre qu’en votre for intérieur, vous ne pouvez supporter que ces créatures règnent en maîtres... "

Après avoir parlé à toute vitesse, Baenela rougit et craignait qu’on se moque de sa candeur
________________
Chevalier de Malte : - et pourquoi pas, Dame Baenela, où se situe cet endroit ? Votre ami est-il actuellement cerné ? A combien d’adversaires fait-il actuellement face ?
Ta gueule, c'est magique !
Avatar de l’utilisateur
Morgenese
Dieu du forum
Messages : 2259
Inscription : 30 janv. 2005 12:10

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par Morgenese » 18 sept. 2019 21:17

Un réveil douloureux, insuportable.
Une vision trouble, qui s'éclaircit.
Son ventre, béant.
Une infirmière du dispensaire avec une aiguille beaucoup trop grande.
Sa tête qui flotte, puis le noir, à nouveau.

Encore un réveil. Fourbu. Allité.
Une femme lui sourit, mettant un linge humide sur son front.
Son corps qui brûle.
Sa tête qui flotte, puis le noir, à nouveau.

Tairuel ouvrit les yeux. Quelques jours avaient passé depuis sa mort. Pour la première fois, il se sentait la force de quitter son lit.
Debout, il crut plusieurs fois que la couture sommaire allait céder, laissant déverser ses tripes sur le sol.
Heureusement, il n'en fut rien. Il réussit à se rendre sur le pas de la porte du dispensaire et le spectacle qu'il contempla le révulsa.
Les démons grouillaient, arrêtés seulement par la protection magique de l'autel de l'Ankou. Certains le haranguaient, le défiaient ou frappaient d'autres
engeances plus petites de rage et de frustration. Des dizaines de monstres n'attendaient qu'une seule chose : un malheureux franchissant la barrière
défensive pour se repaître de sa chair fraîche.

Les engeances de Malkiar eurent bientôt satisfaction. Un portail magique se forma et des aventuriers en sortirent sans se douter de ce qui les attendaient.
Il subirent de lourdes pertes après que succubes et démons se furent jetés sur eux. On réussit à gagner le dispensaire tant bien quel mal, déjà médecins et infirmières s'agitaient
pour venir en aide. D'autres étaient cernés sans possibilité de fuite.

Tairuel retourna à l'intérieur, pour se diriger à la volerie. Il choisit un corbeau, attacha à sa patte un message qu'il venait de rédiger dressant le compte rendu de sa situation.
Il caressa l'oiseau doucement, lui murmurant quelques paroles elfiques, et celui-ci sut aussitôt où se diriger. Il s'envola.

Plus tard, à quelques lieues de là, Baenela receptionna le corbeau et pris connaissance des forces en présence. Elle en informa ses partenaires, qui n'en furent pas ému une seule seconde.
Et bien les hordes démoniaques ne perdaient rien pour attendre.
hugues de payens
Newbie
Messages : 3
Inscription : 01 mai 2016 14:24

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par hugues de payens » 18 sept. 2019 22:14

Hattin et ses compagnons avaient emprunté le passage et débouché dans cette plaine chargée de relents méphitiques. Partout des créatures, tantôt humanoïdes grottesques, tantôt digne des pires cauchemars, se vautraient avec nonchalance dans ces mares acides et chaudes qui ponctuaient cet espace vide de tout intérêt. Aux quelques armes et pièces d'armure corrodées, éparses au sol, on devinait le sort malheureux des voyageurs de ces contrées. Kisanth désignant des ruines grisâtres, héla avec violence le trio sous le charme de cette vision : "le sanctuaire, là bas... Vite !' La respiration courte et oppressée, le groupe s'élança longeant le mur vers les ruines fumantes de l'autel de l'Ankou, Hugues répétait depuis peu que l'Ankou était une créature de la mort chez certaines peuplades des marches du duché de Breuthagne, c'était près de sa Champ Pagne ! Il ne cessait d'évoquer ces histoires horribles avec le masque de la peur. Hattin ne comprenait pas ses allusions à ces contrées inconnues... Décidément, ce pauvre Hugues avait du bien souffrir avant de finir dans ces couloirs sombres !
La course bien que rapide et courte avait aiguisé la curiosité affamée de cette horde hurlante, elle déferla bientôt. Lon et Boris, dans un inepte geste de défi face à cette masse grouillante avait suspendu leur course, Leurs pauvres carcasses évidées fumaient encore lorsque le groupe atteignit le porche du sanctuaire. Un démon empressé d'attraper un des membres du groupe fut frappé d'un éclair et disparut. La horde s'interrompit brusquement, glapissant de dépit. Elle ne pouvait aller plus loin sans attirer le courroux du maître de ce lieu.---
Ils venaient de déboucher dans une vaste salle aux mûrs suintants, le plafond était effondré. une aura bienfaitrice nimbait ce havre de crépitement imperceptibles aux oreilles des monstres de l'Hide, elle assurait la protection des voyageurs qui cherchaient asile dans ce sanctuaire.---
Des râles d'agonie se faisaient entendre. Près de l'autel de granit rouge où un prêtre de l'Ankou, barbier de sa condition, s'affairait à aiguiser des forces et couper des bandes de toile de chanvre, étaient disposés quelques lits crasseux où gisaient des aventuriers exsangues, la mine défaite, les blessures béantes et suintantes. Une prêtresse de l'ordre, au masque grimaçant, tentait avec force d'incantations, baumes et alcoolats curatifs de maintenir les tripes laiteuses d'un guerrier dans son abdomen. La blessure était fraiche et devait rapidement être cautérisée, dès que la pestilence verte arriverait en bourdonnant, il en serait fini de ce pauvre hère qui hoquetait de douleur.---
Les compagnons se considérèrent avec des mines renfrognées : 'Je crains que nous ne soyons dans une mauvaise situation, ils sont légion à l'extérieur et nos faibles forces ne sauront en venir à bout. Nous allons devoir ruser et isoler chaque créature avant de les abattre A moins que dame Providence ne nous assiste !'
Et commença ainsi une lente, très lente confrontation. Quelques démons imprudents...ou téméraires furent navrés avant que ne se fisse entendre le fracas des épées qui se brisent, le chant sépulcral des démons qui retournent à leur Maitre : on semblait se battre plus au nord.---
Ils avaient débouché de l'extrémité du mur nord ouvrant et rompant toutes les créatures rougeoyantes à leurs portées. Dame Providence arrivait enfin !
Kisanth se gratta la barbe sale, extirpant une petite créature craquante qu'il considéra amusé avant de l'engloutir non sans l'avoir mâchonnée longuement : "Mouais ! J'ai eu des échos qu'un groupe de répurgateurs croisait dans ses terres désolées et il me semble reconnaitre un de ces bouchers, ce tumulte ne me dit rien qui vaille !'
Les cohortes infernales s'étiolaient comme rose au soleil et s'étalaient bientôt en une lourde couche grasse et sanguinolente sur l'étendu de la plaine. Quelques démons esseulés se ruaient encore sur les rangs ordonnés des quelques mages et guerriers campés... Comprenaient ils seulement que cette fureur était complètement inutile et ne servait en rien les desseins du Maitre !
Hattin fronça les sourcils, il avait suivi de loin un colosse qui avait ouvert en trois parties, un succube présomptueux. A ses côtés, une frêle silhouette gracile irradiant d'une noirceur infinie : elle avait pointé un doigt vers une harpie qui s’apprêtait à fondre sur elle, celle ci tomba comme une pierre et explosa en une myriade d'étoiles blanches : ' Hummmm ! Il va falloir la jouer serré, parce que là ! on ne tiendra pas la distance !'
Il gonfla ses petits poumons, éclaircit sa voix...
Tempête
Pilier
Messages : 389
Inscription : 05 janv. 2012 08:24

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par Tempête » 18 sept. 2019 22:46

__[Baenela]__
Tairuel ne se trouve pas très loin, à l’est, à l’abris dans le dispensaire de l’Ankou. Il ne peut plus sortir car les monstres pullulent ! Oh si vous pouviez nous aider à sécuriser cette zone, nous vous en serions reconnaissants ! Au moins une vingtaine de démons dans sa vue, sans âme qui vive en dehors du dispensaire (du moins dans sa vue)
________________
__[Fallen]__
Récupérons notre troupe là où la chasse à débutée, et nous nous mettrons en route si cela vous va, c est sur notre itinéraire vers l Ankou.
Piston et Elhadan viennent se joindre à la conversation, il manquera peut être quelqu un ?
Fautes de grives ... le démon scièra.
________________
__[punaise78]__
Punaise, celui qui avait repéré les deux cible potentielle avait l’air contrarié.

Maintenant on court derrière des gens et on finit par les escorter ! J’espère au moins qu’on aura le droit à un dédommagement pour cette bonne action qui ne me ressemble guère !

Je me languis de ma femme et de son manque de pitié.
________________
__[Baenela]__
Baenela acquiesça à la remarque
Évidemment messire, nous ne sommes pas des ingrats au vol des dragons !
Elle s’approche de Punaise et sort une petite bourse
- Voici comme premier dédommagement. Et je vous promets une surprise spéciale lors de notre arrivée à l’autel de l’Ankou

Elle ponctua sa promesse d’un petit clin d’oeil amical
________________
__[Sereniel]__
Alors que le groupe progressait rapidement vers l’Est les monstres se faisaient de plus en plus nombreux.

Apercevant quelques-uns de leurs amis blessés et encerclés, au Sud, la lueur sauvage, un instant éteinte dans les yeux de Dame du Temple et Sereniel, se ralluma instantanément. Sans attendre, enveloppé d’une aura magique et poursuivi par leurs incantations, le Chevalier de Malte lança son cheval au galop. La créature qui l’accompagnait se jeta sur un démon tout proche et attira son attention. Occupé, il ne put éviter la charge et trépassa en quelques secondes.

Le chevalier et sa monture avaient à peine ralenti. Déjà ils prenaient en tenaille, avec une satisfaction non dissimulée, le démon suivant.
________________
__[Baenela]__
[Pour joindre le geste à la parole, n’ayant pas punaise en vue, j’ai donné le contenu de la bourse à Fallen -)]
________________
__[Fallen]__
Fallen qui n avait envie de prendre part à la joute , le nez dans son escarcelle de pierres sentit une petite main habile se glisser dans sa bourse, et la sentit subtilement s affaisser.
Pendant que les compagnons s affairaient à nettoyer le campement.
Alerte comme s il fallait donner d un coup de main maos elle savait que ça allait ...
________________
__[Baenela]__
Un corbeau vint se poser sur l’épaule de Baenela. A sa patte, un petit rouleau de parchemin. Elle le détacha précautionneusement, le déroula et lut en fronçant le sourcils.

- " Apparement, encore plus de démons que je ne l’avais pensé font le siège de l’autel de l’Ankou... Mais une troupe de quatre aventuriers est venue par un portail magique pour le combattre. Tairuel a des doutes sur l’issue de ce combat... "

Elle froissa le message et regarda ses nouveaux compagnons avec une expression mal assurée

- " Dites, si nous les croisons, vous serez gentils hein ? "

( )
________________
__[punaise78]__
Peut être certain d’entre nous on un fond de gentillesse qui sommeille en eux .... Ce qui n’est pas mon cas personnel .

En revanche je suis quelqu’un qui suit ses amis donc la majorité décidera
________________
__[Sereniel]__
Pendant que Sereniel semblait concentrée à préparer des sorts et Malte à prendre soin des chevaux, Dame du Temple lança :

- Des démons en nombre ? Cela me convient. Quant aux aventuriers, nous verrons s’ils savent nous convaincre qu’ils méritent un sauf conduit. Sommes-nous prêts à partir ?
Ta gueule, c'est magique !
Tempête
Pilier
Messages : 389
Inscription : 05 janv. 2012 08:24

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par Tempête » 18 sept. 2019 23:02

__[Fallen]__
Aveuglée à nouveau par une pierre qui a éclatée entre mes doigts, je ne saurai vous dire, je n y vois pas plus loin que la paume de ma main. Quand vous voulez... d ailleurs si vous avez des pierres n hésitez pas je suis en rupture. bagne la, as tu des connaissances en forgeamagie ?
Pour ce qui est de tes amis je suivrais également la majorité, je suis du même avis que punaise, nous pouvons emprunter les œillères des chevaux, car il me semble peu probable qu’ils nous touchent autant que vous avez su le faire. Nous ne sommes pas réputés pour notre sensibilité bien que ce soit elle qui nous a permis de nous connaître... aussi longtemps.
Je vous propose d attaquer les démons de part et d autres, votre groupe, le notre et nous aviserons ? Peut être une joute en bon et due forme serait elle intéressante.
________________
__[Baenela]__
* Baenala feint de ne pas s’apercevoir à quel point on avait écorché son nom *

A dire vrai, ce ne sont pas mes amis, juste des aventuriers de passage... Mais pour moi chaque vie est importante !
En ce qui concerne la forgeamagie, Endwean s’y est un peu essayé, sans grand succès. Si vous souhaitez, j’ai quelques pierres qui pourraient vous servir.
________________
__[Baenela]__
Tairuel devrait être en mesure de nous rejoindre aujourd’hui même, il est prêt à effectuer une course folle d’une dizaine de lieues au milieu des monstres qui sera suffisante si tout se passe comme prévu !
________________
__[Baenela]__
Tout se passa comme prévu, Tairuel réussit à se frayer un passage à travers les lignes des monstres pour rejoindre ses compagnons. Il tomba dans les bras de Baenela qui pleura de soulagement. Endwean vint lui donner l’accolade, tout en lui rendant son arc perdu. Après avoir retrouvé un peu de contenance, Baenela s’adressa au détachement tempête :
" Eh bien voici que s’achève notre quête commune avec le retour de notre compagnon ! Nous vous sommes reconnaissants d’avoir facilité nos retrouvailles. J’avais promis une surprise à Punaise, l’heure est maintenant venue de lui faire
________________
__[Baenela]__
Baenela se dirigea vers Punaise, tout en enlevant un collier de son cou. Elle le plaça dans la main de Punaise.
" Voici ma surprise, un petit pendentif en forme de coeur qui devrait vous rappeler que vous en avez un ! "
Ce qu’elle ne dit pas, c’est qu’elle avait passé la moitié du voyage à essayer de l’enchanter... pour rendre insupportable l’idée de tuer ses semblables... L’histoire ne dit pas si elle echoua lamentablement -)
________________
__[punaise78]__
Punaise saisit l’objet

" Je pourrais dire de vous que votre parole est fiable au vu des circonstances dans lesquelles nous nous sommes rencontrés.

Cela fera un beau cadeau pour ma femme je vous en remercie

Maintenant il est temps de se trouver des cibles autres que des vulgaire démon "
________________
[FALLEN]
Vous n auriez pu trouver meilleur cadeau pour punaise, il est à deux doigts de traverser seul la horde de démons tellement Lulu lui manque.
D ailleurs ... on doit retrouver Delicia également me chuchote bebete

__[Sereniel]__
Quelques jours plus tard, le groupe poursuivait sa progression vers l’Est et détecta une petit équipe d’aventuriers restés faire face aux démons. De part et d’autre les renseignements circulaient, envisageant les différentes options... la plus probable était sans hésitation une mise à mort des imprudents, si d’aventure ils restaient à découvert.

Indifférents au chaos autour d’eux, aux réflexions et conjectures de leur camarades comme aux cris de guerre des démons, le Chevalier de Malte avançait, flanqué de Sereniel et Dame du Temple et escorté par une meute de familiers sautant sur le moindre adversaire à portée de griffes.

Imperturbables, au milieu du fracas de l’acier, des hurlements de douleur, des éclairs et des bruissement des sorts qu’ils déchainaient, appuyant leurs camarades ou les relevant aux avant-postes, les combattants avançaient, encore et encore, sans regarder derrière eux, sans laisser deviner le moindre sentiment ni montrer la moindre hésitation.
________________
__[mage oreth]__
Entendant une voix inconnu, Celivare déboule en courant (dans la mesure où les nains peuvent courir...), et hurla en tapant des mains: le trépas, le trépas, le trépas !!
Oreth l’interrompit : L’ami, je suis Oreth, commandant de l’armée Black Lotus. Je défend l’équilibre comme tous mes frères Lotus, à la différence près que j’ai choisi pour ma part de combattre le Bien, qui domine sans conteste les souterrains et met en danger l’Instable balance de notre univers. Ainsi, si tu es de ceux qui défendent le Bien, tu es mon ennemi et je te combattrai.
________________
__[punaise78]__
Punaise arriva une fois de plus un en retard.

" À mon tour de me présenter alors : Punaise mari de Lulu, tueur sans aucune once de pitié seul l’espoir de trouver des cadeaux pour ma chère et tendre femme m’obsède .

Que puis je trouver sur votre cadavres ?
________________
Hattin, benoitement réfugié, dans le sanctuaire avec ses compagnons considérait avec crainte ces redoutables personnages. Puissant mage, je ne défend ni le bien ni le mal, juste ma pauvre carcasse et celles de mes compagnons, j’ai trop vu de fiers guerriers finir en purée au nom d’un idéal bien trop nébuleux.
Mon compagnons Hugues a évoqué, un soir de cuite, ces gens simples, porteur d’une foi qui détermine que la vie est une quotidienne lutte du bien et du mal, Il craignait que cette croyance soit tôt ou tard combattue avec sauvagerie par le pape et ses prélats... Je ne sais pas ce qu’était un pape mais il semblait bien peiné pour eux ! Dans sa région de Champ pagne, je ne sais pas si cela s’écrit comme cela, quelques foyers isolés de cette croyance était apparu. Je fus bien étonné de cette évocation et qui plus est je le suis aujourd’hui d’entendre un concept similaire de dualité mais en même temps d’équilibre...
Quant à ma carcasse, vous n’y trouverez qu’une vieille plate cabossée, deux lames de bras émoussées, un camail rouillé par la sueur aigre des combats et quelques potions sans intérêt, je devine à la passion que vous vouez à celle que vous chérissez qu’elle mériterait bien mieux que ces pauvres présents. Maintenant, mes compagnons et moi prenons peu de place, nous nous contentons de quelques frugales racines pour banqueter et pourrions être des auxiliaires à vos épiques péripéties.
Ta gueule, c'est magique !
Tempête
Pilier
Messages : 389
Inscription : 05 janv. 2012 08:24

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par Tempête » 18 sept. 2019 23:04

Malte : Messire Hattin, je crois que voyager à nos côtes risque de vous paraître compliqué... certains d’entre nous n’étant pas des plus recommandables, comme on dit, ne goûtant d’autre ivresse que celle de la chasse et d’autre plaisir que celle d’un regard terrorisé voyant arriver le coup de grâce. La notion d’innocence, de bien ou de mal n’ayant parfois qu’un sens très vague. En ce qui me concerne je ne vis que pour le combat... et je cherche avant tout des adversaires capables de me résister.

Tout en prononçant ces mots, le Chevalier fracassa le crâne d’une démonnette esseulée, dernière engeance de Malkiar visible à une demi-journée de marche. On devinait aisément sa déception de ne mener quasiment que des combats sans gloire depuis le réveil de son long sommeil. Alentours les familiers gambadaient, ramassant runes, peaux, pierres et brouzoufs. Ils se tournèrent interrogatifs vers leurs maîtres. Les yeux froncés et les mains frémissantes de mana, Dame du Temple et Sereniel se regardaient, se retournant vers leurs camarades restés plus à l’Ouest et cachant mal leur impatience.

Malte : Bien... il semblerait que quelques misérables créatures attendent le jugement de nos lames, vers le Levant. Adieu...
________________
Hattin à ces mots durs ne put retenir ses larmes, il entrevoyait dans cette âme qui pouvait apparaitre bien noire, des flots de sagesse qui l’emportait fugacement dans un monde qu’il ne pouvait comprendre ni même envisager.
Depuis son arrivée dans les méandres de ces souterrains il n’avait que pourfendu des monstres grappillant laborieusement cette expérience qui sied à sa condition. Il avait du navré deux compagnons de route, fatigués de cette errance. Ce furent les seuls meurtres que l’on pourrait lui reprocher.---
Et ce jour là, sa petite âme se déchira.---
Au détour d’une plaine rougeoyante, coincé dans un sanctuaire étriqué, il avait pu échanger des paroles simples avec des aventuriers, des guerriers de tout horizon, des monstres pour certains, sans masquer sa pensée... Il tutoyait des Dieux...
Je rends grâce à votre prompte action, nous n’avons que peu de biens à vous offrir pour vous remercier de votre intervention. Nous allons retourner mes compagnons et moi vers nos petites chasses laborieuses et nous vous prions de recevoir toute nos prières pour la grandeur de vos armes.---
S’avançant lentement vers cette silhouette gracile nimbée de noirceur, Hattin fouilla lentement dans son aumônière et en extirpa trois baies séchées de Koriola. Baissant la tête, les yeux baignés du sel et de l’eau, il déglutit lentement avant de souffler:’ Veuillez, madame, accepter cette humble offrande, ce sont des baies de mon pays, on les offre comme gage de félicité et de longévité aux voyageurs, puisse le Faiseur vous guider !
S’inclinant, il leva la main qui tenait ces baies au dessus de sa tête attendant la réaction de la mage, derrière lui ses compagnons s’étaient inclinés à leur tour...
Ta gueule, c'est magique !
Avatar de l’utilisateur
punaise79
Pilier
Messages : 421
Inscription : 21 nov. 2004 20:24

Re: La distance la plus courte vers la mort est celle à vol de dragon

Message par punaise79 » 27 sept. 2019 07:04

Sereniel]__
Avec un petit sourire, Sereniel, accepta le présent. Elle s’inclina en retour, et plaça son front face à celui de Hattin, le touchant presque. En retour elle plaça une pierre précieuse dans sa main. L’éclat de la pierre, passant du bleu au rouge sombre n’était pas sans rappeler ses yeux. Un instant plus tard elle était déjà loin et le pas de son cheval quasi inaudible.

Brusquement, le destrier du guerrier nain qui avait attendu toute la soirée s’ébranla et au terme de la charge, après que le familier ait sauté à la gorge de la harpie, le chevalier de Malte l’envoya se fracasser contre un pilier.

L’air absent, Dame du Temple s’éloigna rapidement à son tour de l’autel de l’Ankou. L’avant-garde était passée.
________________
__[Hattin Joyeusambre]__
Ils s’en étaient allés.
Un vent triste soufflait désormais sur cette plaine. Le silence régnait en maître. Hattin, le coeur serré considérait avec peine cette gemme tant l’éclat lui brulait le regard. Il essuya ses yeux chassieux du revers de sa manche crasseuse, puis glissa la pierre dans l’aumônière, fit une grimace et se tourna vers ses compagnons. Malgré la tristesse, son coeur s’emballait. Son âme vide et froide débordait à nouveau de vitalité et de félicité. " Hardis compagnons, il est temps de reprendre la route... Une pensée pugnace s’imprimait en son être, ’puisse le Faiseur me permettre de les revoir !"
Ils allèrent prendre congé des zélotes du sanctuaire les remerciant de leurs soins et prodiguèrent quelques paroles de réconfort aux voyageurs encore alités... Eh bien Kisanth par où allons nous passer ?
________________
__[mage oreth]__
Celivare: Hé Sereniel, je peux avoir une des baies? Ça se mange tu crois?
Ça pourrait être fameux dans un ragoût, et le prochain magasin n’est pas la porte à côté donc on est pas prêt de recharger en condiments !
Il avait l’air sympa le bonhomme. Dommage qu’il soit si gentil, il aurait pu nous accompagner. Surtout que s’il a déjà occis deux personnes par le passé, il devrait bien être capable de recommencer ! Enfin... S’il verse une larme dès qu’on écrase une coccinelle, j’en connais qui vont avoir du mal à supporter!
*** En direction de Baenala et Hatton***
Adieu, tâchez de ne plus jamais vous trouver sur notre route! Et allez dire de par le monde que le Mal sévit a nouveau ! Tremblez Paladins, l’équilibre gagne du terrain !!
________________
__[Hattin Joyeusambre]__
Hattin peu avant de voir disparaitre le groupe avait surpris le propos d’un de ses membres. Les deux personnes navrées étaient des proches, des compagnons de route qui avaient souffert avec lui. Le déchirement semblait somme toute naturel.---
Maintenant l’idée d’envoyer outre d’autres individus pouvait se concevoir dans cette lutte perpétuelle du bien et du mal ou vice versa. Convaincre Sylla et Hugues de suivre une nouvelle voie était pleinement envisageable. Par contre, il se doutait bien que Kisanth, Konrad et Korgan n’emprunteraient jamais ce chemin tortueux. L’introspection avait commencé, le doute s’insinuait... continuer à chasser les créatures de Malkiar dans le seul but de devenir plus fort chaque jour ou vivre autre chose, marcher sur une corde raide avec des poids au cheville au dessus d’un précipice sans fond... Peut être etait-cela la vie !
________________
__[Hattin Joyeusambre]__
La paix semblait être revenue sur la plaine, Hattin et ses compagnons avaient repris la route. Lon et Boris devaient revenir... Il faudra encore brader des runes pour les revoir, ces petites horreurs avec leur gueule de travers.---
Hattin ne cessait de toucher l’aumônière où la pierre était cachée... Non un joyau ! c’était un joyau : le souvenir de son regard. Kisanth avait bien perçu la mélancolie qui gagnait le coeur de ce vieux camarade.---
Hugues ne cessait de radoter sur l’Ankou ou d’évoquer ces parfaits de Champ pagne.---
Sylla perdue dans ses pensées avait bien remarqué les muscles saillants du chevalier, le grand gaillard avec une croix bleue sur le râble, elle l’avait suivi de loin massacrant succubes, harpies, démons de tout poil. Lui prodiguer de petit soins sur ses vilaines petites coupures semblaient d’un seul coup une quête de ravissement qui l’empourprait à chaque pas. Elle ne cessait de bouger la tête en clignant les yeux pour chasser ces biens vilaines pensées, qu’avaient ils donc tous les trois ?
Les premiers bivouacs plantèrent Kisanth dans les alarmes. Aux souvenirs d’Hattin fredonnant d’une voix de fausset ces mélopées gutturales avait succédé le silence où seules, s’égrainaient les longues litanies de Hugues, C’est du latin ! qu’il ne cessait de rabâcher.---
Kisanth considérait à la dérobée le visage buriné d’Hattin dans les reflets du feu mourant. Il y devinait les larmes perlant, s’écoulant sur les joues, se perdant dans les mailles rouillées du camail.
’Hattin ! A son nom, il baissait la tête se tournait à l’opposé sans un mot avant de s’allonger et couvrir sa carcasse crasseuse de cette vieille berlue mitée, cette compagne de misère, de Bohême. Chaque jour, les joues, les orbites se creusaient davantage, témoin de nuits trop courtes où le sommeil était banni.--
---
Mon dieu, Compagnon ! Quel est donc ce mal qui te ronge ?
Hattin s’était arrêté, las, avait laisser son vieux sac tomber au sol et sans un mot s’était assis au sol !
Je n’en peux plus Kisanth ! Vieil ami ! Il me faut repartir, il me faut les rejoindre ! J’ai tué Aldion, j’ai tué Kard ! Mon âme est vide et s’étiole chaque jour davantage! pourrez vous me pardonner ce parjure ?
Il considéra longuement Sylla et Hugues qui sans un mot s’approchèrent afin de l’aider à se mettre sur ses pieds.---
Hugues après avoir fait un geste croisé de sa main gauche sur l’ensemble de son corps lui susurra : " Nous sommes prêts pour cette aventure, Hattin, je vais enfin pouvoir me rapprocher de ces parfaits !" .Le regard de Sylla pétillait, sa langue virevoltait sur sa lèvre inférieure qu’elle mordit sévèrement.---
---
Les adieux avaient été brefs mais marqués des effusions qu’il convient à cette situation, Hattin, Sylla et Hugues, clodiquant firent volte face et entamèrent la longue marche. Ils ne tarderaient pas à trouver quelques cadavres frais comme panneau indicateur, avec une telle chasse Gallery, Dame Séréniel et ses compagnons ne tarderaient à être en vue
________________
________________
__[Sereniel]__
Dame du Temple
Hattin, Hugues et Sylla avaient éveillé l’attention de la jeune mage, tout comme Baenela, Endwean et Teruel, peut-être parce qu’elle peinait à comprendre les liens, visiblement profonds, qui unissait des groupes aussi hétéroclites en apparence. Par certains côtés, ils lui rappelaient ceux qui faisaient du Détachement Tempête presque une famille. Tellement puissants qu’ils les avaient tirés tous trois d’une méditation silencieuse interminable, dans le Sanctuaire de la Justice... depuis, ils marchaient avec Harrec, Oreth et Celivare, tel un clair-obscur flamboyant.

Un doute traversa son esprit, puis une crainte grandissante. Comment allaient réagir Lulu, Punaise, Fallen, Alatorn, Mammouth, Jadina et tous les autres ? Elle avait appris à les connaître et à leur faire confiance... mais leur instinct de tueurs la laissait encore songeuse. Des neufs aventuriers qu’ils avaient rencontrés, trois semblaient sur le départ, suivant Kisanth. Que feraient Baenela et ses proches ? Où iraient Hattin et ses amis ? Visiblement des alliances étaient sur le point de se nouer et des destins de se séparer. Mélancolique elle repensa aux membres du Détachement dont elle était sans nouvelles depuis si longtemps... Viviane, Gareth, Dulgrimar, Crash et tous les autres...

Certainement, accueillir les aventuriers qui le souhaitaient et s’en montreraient dignes au sein du Détachement serait le plus sûr gage de sécurité pour eux. Une flamme semblait s’être allumée dans son regard et elle se dirigea d’un pas résolu vers le Chevalier de Malte, en grande conversation avec le Sir Celivare. Tous deux la regardant avec un demi-sourire.
________________
__[Sereniel]__
Dame du Temple

Surprise par ce sourire de connivence entre les deux chevaliers, Dame du Temple s’arrêta un instant avant de les rejoindre, souriante elle aussi.

Chevalier de Malte : M’amie, je gage que vous avez quelque chose à nous demander ?

DdT : Et bien oui. J’irai sans détour, mon ami. Je sollicite que les trois aventuriers que nous venons de rencontrer soient autorisés à se joindre à nous. Prenez-les comme impétrants !

Malte, alors que Celivare tendait vers elle une main ouverte où brillaient trois broches d or : Si vous mentionnez les sieurs Hugues, Hattin et Dame Sylla, et bien sachez que justement, nous avons résolu de leur proposer d’être des nôtres, le temps qu’il leur plaira.

DdT, tout sourire, malgré la surprise d’avoir été devancée par ses amis, s’adressant au phénix qui la suivait partout : Va, doux ami, vole vers le couchant, porte ce message et ces insignes et ramène-nous trois pairs !

L’instant d’après, souriant de plus belle, elle joignit sa voix à celle de Sereniel dans une incantation sauvage et une vague de mana alla s’écraser un peu plus loin, sur un groupe de démons qui venait de se former. Le phénix s’élança sans attendre.
________________
__[punaise78]__
Punaise s’approcha des nouveaux aventurier qui avait rejoint le groupe l’air énervé.

" Messieurs et mesdames je commence à en avoir marre que mes cibles deviennent systématiquement de nouveau amis !
Moi j’avais décidé de leur taper dessus donc je le ferai quoiqu’il se passe.

Bartimeus viens avec moi on va mettre quelques coup de hache sur Hatton ."

Joignant les gestes au paroles les deux compères se jettent sur le pauvre.
Après quelques coup échangés les deux amis arrêtèrent aussi vite qu’il avaient commencé.

" Te voilà prévenue si tu trahis mes amis je n’aurai pas le moindre remord de mettre un terme à ton existence"
________________
__[Sereniel]__
Malte
Un instant sur la défensive, le Chevalier de Malte soupira, l’air résigné, comprenant bien qu’il serait vain de chercher à interrompre ce rituel de passage.

Voyant que les deux guerriers cessaient leurs attaques, il ferma les yeux en murmurant " es sularus oth mithas" , touchant les blessures de Hattin qui commencèrent instantanément à s’estomper.

Le phénix volait non loin de là, attendant de voir si les nouveaux venus allaient saisir les médaillons qu’il leur présentait et les arborer.
________________
__[mage oreth]__
Celivare en s’esclaffant: Hé Punaise, c’est pas une pinata, c’est notre nouveau compagnon!!
*** Malte referme les plaies du blessé ***
Par la sainte barbe, je ne te vois pas souvent faire ça, Malte! Hattin, il t’a déjà à la bonne j’ai l’impression. Enfin, je préfère quand même me faire soigner par Jadina ou Lulu que par toi moi hahahahaha!
*** Oreth l’interrompt***
Suffit. Va donc t’occuper de ce démon qui arrive, ton familier trépigne de rester sur place. (Le familier qui accompagne Oreth laisse s’échapper une aura magique allant imprégner le familier de Celivare et celui de Harrec, qui partent immédiatement au combat).
Hattin, porte cette broche fièrement, montre t’en toujours digne. Les liens qui unissent le Détachement ne souffre aucune frontière, pas même celles de la mort.
________________
Le coeur joyeux et bondissant, Hattin s’était précipité avec une ferveur quasi mystique pour aider les guerriers et mages qui bataillaient farouchement contre quelques démons égarés en mal de douleurs. Ils étaient nombreux les PK, ou désignés comme tel à abattre lourdement leur armes sur les corps ou carcasses des créatures démoniaques mais la confiance l’emportait sur le doute.---
Un premier choc vint ébranler la tassette droite arrachant une sangle de cuir. Diantre le démon était farouche et bien entrainé !---
Un second coup porté de l’arrière vint à son tour raisonner contre la spalière droite, le démon n’avait pas levé le bras pour frapper, l’ayant perdu lors d’une passe avec un autre bretteur. La douleur bien que supportable avait piqué bien fortement les terminaisons nerveuses et puis vint l’avalanche mais sans la poudreuse, juste les chocs comme quand on emplâtre un iceberg et qu’on y revient en se disant : merde ça fait mal et surtout ça fait du bien quand cela s’arrête !
Assis le nez dégoulinant de sang, jouant avec sa mandibule inférieure, malheureuse d’avoir perdu une nouvelle incisive. Les oreilles bourdonnantes, Hattin avait reconnu Punaise dans ce petit divertissement. Il tourna lentement la tête vers lui, montrant le nouveau trou fait au camail déjà bien mal en point il siffla en direction de son professeur bien appliqué: " Et dire que tu voulais en dépouiller ma charogne... Aie ! Ca fait mal !
La théorie, c'est quand on sait tout mais que rien ne fonctionne.
La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sais pourquoi.
Ici nous avons réuni théorie et pratique: rien ne fonctionne .... et personne ne sais pourquoi (A. Einstein).
Répondre